20 Juin 2019

Madagascar: Accusations contre l'IEM - « C'est une atteinte à la sûreté de l'Etat », dénonce « Cartel Madagascar »

« IEM : La plus grosse arnaque de Madagascar ». Tout le monde se souviendra de cette publication sur le réseau social Facebook, le 7 mai dernier, qui accusait l'IEM, vision du président de la République Andry Rajoelina, d'être « la plus grosse arnaque de Madagascar » et dans laquelle il a pointé du doigt, voire diffamé, le père de l'Emergence de Madagascar, Holijaona Raboanarijaona.

Cette publication a fait plus de 400 partages et l'affaire - devenue un buzz - a eu des impacts sur l'image et l'essence même de cette vision du président de la République. Les critiques et les remises en question ont été hémorragiques, et la plupart des citoyens ont été dans l'expectative.

Crédibilité perdue. Sur ce point, l'association « Cartel Madagascar » - un groupement d'environ 150 associations nationales et internationales dont « Les Amis de Madagascar » - dirigée par Florence Razanatahiana, s'est dit « choquée » par cette affaire et affirme qu'il s'agit d' « une atteinte à la sûreté de l'Etat ». Lors d'un point de presse qui s'est tenu, hier à l'Hôtel de l'Avenue Analakely, la présidente de « Cartel Madagascar » a fait part de ce qui s'est passé au sein du cartel après l'implosion ou le rebondissement (c'est selon) de l'affaire. « Nous sommes engagés dans le développement de Madagascar et nous sommes toujours partants dès qu'il s'agit du développement. Pour cela, nous avons estimé que l'IEM du président Rajoelina, la vision à partir de laquelle il a été élu, comporte des projets de développement et des « velirano » qui répondent aux aspirations, aux besoins du peuple. Nous avons donc, décidé de soutenir cette initiative en faisant appel à l'action, au dynamisme et à l'engagement des associations membres de Cartel Madagascar. Mais après cette publication, nous avons perdu notre crédibilité auprès de nos partenaires, lesquels ont accusé Cartel Madagascar de soutenir et de les engager dans un prétendu projet, mais qui n'est que du bluff. Pour gérer la situation, nous étions obligés de supplier les partenaires à rester et à continuer de s'engager pour le développement de Madagascar », a-t-elle décrit énergiquement.

Véridique. Pour cette association, il ne s'agit pas s'immiscer dans l'affaire mais de rassurer ses partenaires sur l'existence de cette vision. Néanmoins, elle souhaite être rassurée, au préalable, que l'IEM est loin d'être une coquille vide. « Si le Président de la République a été élu à travers un leurre, ce n'est rien d'autre que faire de fausses promesses. De surcroît, si le quidam a bénéficié d'une liberté provisoire, cela veut dire que ce qu'il a avancé serait véridique, bien que cette affaire demeure pendante au niveau du tribunal en ce moment », poursuit Florence Razanatahiana qui est également avocate et membre de l'Ordre des Avocats de Madagascar. « Cartel Madagascar » estime qu'il est temps de se focaliser et d'amorcer le développement en mettant en avant l'éducation qui est un volet fondamental et transversal.

Madagascar

Composition du gouvernement - Le jeu est ouvert

Les souhaits exprimés par des députés désireux de voir certains d'entre eux faire partie du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.