20 Juin 2019

Sénégal: Saint-Louis / Visite de journalistes à la réserve d'avifaune de Guembeul - Les conservateurs listent leurs difficultés et alertent sur les menaces

Une dizaine de journalistes de la région de Saint-Louis a visité hier, mercredi 19 juin, la réserve d'avifaune de Gueumbeul. C'est à l'initiative des membres de la structure African Journalists Forum au Sénégal qui ont voulu faire connaître l'importance du parc dans la protection des espèces animales et d'oiseaux de toutes sortes. Le but était aussi de montrer les difficultés rencontrées par les conservateurs dans la préservation de la biodiversité. La salinisation des eaux de la cuvette, la vétusté des enclos, la baisse du budget et le manque d'électricité constituent entre autres, les maux qui entravent la conservation de cette réserve.

Créée en 1983 par décret, la réserve de Gueumbeul, couvrant une superficie de 720 hectares entièrement clôturée par un grillage long de 12 kilomètres, compte aujourd'hui plus de 200 espèces d'oiseaux dont 124 protégées ainsi que des animaux les plus rares. Ce qui fait d'elle l'une des réserves fauniques les plus importantes du pays. Cependant, elle fait face depuis quelques années à de nombreuses mutations, dont des difficultés qui sapent son bon fonctionnement et l'empêche de jouer pleinement ce rôle stratégique dans un monde où la menace sur l'environnement est réelle.

Le constat est fait par les membres de la structure dénommée African Journalists Forum ou Forum des Journalistes Africains qui ont initié cette visite de journalistes de la région de Saint-Louis au niveau de cette réserve. Le but était de leur faire découvrir le travail abattu par les conservateurs dans cette réserve. "Cette visite de presse destinée à mieux faire connaître cette réserve des populations et des autorités, s'inscrit dans le cadre du projet de Plateforme d'Alerte sur le Péril Environnemental au Sénégal (PAPES). Elle est mise en œuvre par African Journalists Forum au Sénégal avec des ramifications sous-régionales", a précisé Dr René Massiga Diouf, Président de cette structure. Mais aussi la visite a permis de montrer toutes les difficultés qu'ils rencontrent dans la préservation de la biodiversité.

Lesquelles difficultés ont pour principaux maux, la salinisation des eaux de la cuvette au sein de la réserve. "Cette cuvette était alimentée avec l'eau du fleuve Sénégal donc de l'eau douce. Mais depuis l'ouverture de la brèche en 2003, cette eau a fini d'être douce car l'eau de mer s'est introduite à l'intérieur de la cuvette de Gueumbeul causant ainsi la disparition de tout l'écosystème qui était tout autour de la cuvette. Il n'y a plus de palétuviers par ici et plusieurs autres espèces risquent aussi de disparaître", a alerté le Capitaine Basile Sagna, Conservateur adjoint de la réserve de Gueumbeul.

À cela s'ajoute aussi l'absence de ligne budgétaire qui offre à cette réserve la possibilité d'alimenter directement les animaux en captivité. Le manque d'électricité pose également problème au sein de cette réserve qui est alimentée à base de panneaux solaires. Et le conservateur adjoint d'évoquer la question de la vétusté des enclos qui met en danger certaines espèces. "Nous avons enregistré dernièrement la mort de 4 antilopes qui ont été tuées par des chacals. C'est vraiment regrettable. Il nous faut donc réhabiliter ces enclos pour préserver la vie des antilopes de cette réserve de Gueumbeul", a soutenu le Capitaine Basile Sagna, qui a saisi l'occasion pour alerter les autorités par rapport à des actions urgentes à l'endroit de cette réserve.

Sénégal

CAN 2019 - A l'UCAD, les étudiants déçus mais fiers des Lions

La déception et la fierté sont les sentiments les mieux partagés chez les étudiants de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.