20 Juin 2019

Sénégal: Financement et exécution des programmes et projets publics de la deuxième phase du Plan Sénégal Emergent - Mamadou Hott réitère l'appel du chef de l'Etat au secteur privé

Le ministre de l'Economie, du Plan et de la coopération, Amadou HOTT, présidant hier mercredi 19 juin, l'ouverture du Forum économique Sénégalo-chinois, a réitéré l'appel du chef de l'Etat pour le financement du Plan Sénégal Emergent, devant un parterre d'opérateurs chinois évoluant dans les secteurs des Energies, des Infrastructures (ferroviaires, métallurgiques, portuaires, etc.), du Tourisme, de l'Habitat, de l'Agro-industrie et de l'Agriculture.

Ils étaient une cinquantaine d'hommes d'affaires chinois de la province de Sichuan à prendre part, hier mercredi 19 juin, sous la houlette de Ning Wang, Vice-gouverneur de ladite localité, au Forum Economique Sénégalo-chinois. Devant un parterre d'opérateurs économiques, le ministre de l'Economie, du Plan et de la coopération Amadou Hott, a réitéré l'appel du président Macky Sall de voir le secteur privé national, comme international prendre le relais de l'Etat dans le financement des investissements et l'exécution des programmes et projets publics de l'Etat de la deuxième phase du Plan Sénégal Emergent (2019-2024).

Dans son mot, le ministre Amadou Hott a d'abord souligné que «dans le but d'amorcer la phase 1 du Plan Sénégal émergent, l'Etat du Sénégal a investi massivement», avant d'indiquer: «Dans le futur, nous souhaitons, et c'est notre volonté de voir le secteur privé national comme international prendre rapidement le relais des investissement dans la mise en œuvre du Plan d'actions prioritaire 2019-2024».

Convaincu du rôle et de la place que le secteur privé joue dans la croissance économique soutenue et durable, Amadou Hott dira: «Si le privé ne prend pas le relais, nous ne pourrions pas avoir de croissance pérenne qui, des années déjà est à + 6%. Et nous ne pourrions non plus donner des emplois aux milliers de jeunes sur le marché en quête du premier emploi».

Poursuivant son propos, il dira: «Dans la mise en œuvre de la seconde phase du Pse, l'Etat souhaite que des partenariats soient noués entre le secteur privé national et le secteur privé international singulièrement avec la Chine».

A le suivre, «l'Etat compte faciliter ce genre de partenariats et essayera au mieux que possible d'organiser le secteur privé national pour qu'il puisse être doté de l'expertise à même de lui permettre de réaliser des projets gagnant-gagnant».

A cette volonté, le ministre dit souhaiter voir le privé sénégalais et chinois nouer des partenariats offrant des opportunités en terme de gestion des parcs industriels en cours de réalisation dans les zones économiques spéciales du Sénégal au grand dam du Sénégal.

Appréciant à sa juste valeur la coopération multisectorielles sénégalo-chinoise, le ministre tient à rassurer ses hôtes en ces mots: «Vous êtes dans un marché Sénégalais (étroit) qui s'ouvre grandement à d'autres marchés plus importants, à savoir celui de l'Union économique monétaire ouest africain (Uemoa), de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (Cedeao) et de la Zone de libre échange continental africaine (Zlecaf)». Mieux, souligne-t-il: «le Sénégal est géographiquement bien positionné pour les exportations vers l'Amérique et l'Europe. Donc, travaillez à nouer des joint-ventures pour exporter massivement dans l'Uemoa, la Cedeao et la Zlecaf»...

ECHANGES COMMERCIAUX : Plus de 1500 milliards enrôlés en 2018

Vraisemblablement satisfait de la coopération multisectorielles entre le Sénégal et la Chine, le ministre Amadou Hott a magnifié la portée des échanges commerciaux qui, selon lui, se portent au mieux. A ce propos, il dira: «La Chine est aujourd'hui un partenaire commercial privilégié du Sénégal. En 2018, les échanges commerciaux entre la Chine et le Sénégal étaient de 2 270 milliards de dollars, soit 1580 milliards de francs CFA avec une croissance de 3,7% par rapport à l'année 2017».

Ce qui lui fera dire: «L'un des objectifs de ce Forum est de renforcer ce partenariat en permettant aux opérateurs chinois de mieux appréhender les opportunités d'investissement qu'offre le Sénégal et ainsi, nouer des partenariats mutuellement bénéfiques avec les homologues Sénégalais. Et le gouvernement encourage vivement cette démarche. Le Sénégal est actuellement un des pays qui affiche l'un des meilleurs taux de croissance en Afrique autour de 6% durant les dernières années. Et cette forte croissance est le fruit des efforts mis en œuvre dans le Pse... ».

PARC INDUSTRIEL INTERNATIONAL DE DIAMNIADIO : La 2ème phase lancée

Hier mercredi 19 juin, à Diamniadio (Dakar), le ministre sénégalais de l'Industrie Moustapha Diop et le vice-gouverneur de la province chinoise du Sichuan, Wang Ning, ont procédé au lancement des travaux de la 2ème phase du Parc industriel international de Diamniadio.

Prenant la parole, Ning Wang, vice-gouverneur de la province Sichuan a laissé entendre: «Nous continuerons de multiplier les échanges avec les autorités sénégalaises, faire progresser la mise en application des travaux de la plateforme industrielle et encourager des entreprises chinoises à investir dans le parc industriel. Nous espérons que les autorités sénégalaises et services compétents apporteront leur soutien à la réalisation des travaux de cette 2ème phase».

Très rassurant par rapport à la suite de cette coopération, il dira: «Avec les efforts conjoints des deux parties, nous allons atteindre les objectifs fixés et cette coopération portera ses fruits».

Il a poursuivi en rappelant la nécessité de consolider la coopération entre sa province et le Sénégal, tout en évoquant l'importance des accords qui avaient été signés lors de la visite en Chine du chef de l'Etat Macky Sall en septembre dernier, portant entre autres, sur la construction de la 2ème phase de la plateforme industrielle de Diamniadio.

Le ministre de son côté de souhaiter l'accélération des travaux. «Ma conviction est que si nous voulons avoir un partenariat gagnant-gagnant comme le souhaitent nos deux Présidents, nous devons impérativement promouvoir la coopération industrielle permettant ainsi à nos deux secteurs privés d'investir, mais également de créer des emplois et de la richesse», a-t-il dit.

La deuxième phase dudit parc va couvrir une superficie de 20 hectares, avec une forte présence d'entreprises chinoises dans sa première phase. Le tout pour un financement global de 65 milliards de francs CFA, dont cinq milliards du public et 60 milliards du privé, est attendu avec ce projet qui créera 23 000 emplois.

Sénégal

Le rêve brisé de Mané

En haranguant le public sénégalais pendant l'échauffement, Sadio Mané avait clairement… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.