Cameroun: La tête de l'enseignant d'histoire démembré à Bamenda mise dans le cercueil pour inhumation

Décapité par de présumés combattants sécessionnistes anglophones, dans la nuit du 21 mai 2019, la levée de corps d'Olivier Woutaï, a eu lieu hier à Bamenda ( région du Nord-Ouest), avec seulement, la tête mise dans le cercueuil.

Olivier Woutaï, 36 ans, était professeur d'Histoire et Geographie, au lycée bilingue de Nitop, à Bamenda.

Seule la tête d'Olivier Woutaï, a pris la direction de Guider, département du Mayo -Louti (région du Nord), hier, pour inhumation.

Ce fils du Nord du pays, a sauvagement été tué, puis son corps démembré, par de présumés séparatistes anglophones. C'était dans la nuit du 21 mai dernier, à Bamenda.

Après son exécution, sa tête avait été déposée au lieu dit Mobil Nkwen, par des personnes non identifiées, et qui étaient à moto.

Dans une vidéo abondamment partagée sur les réseaux sociaux, les bourreaux du jeune enseignant, justifient leur crime crapuleux, par le fait qu'Olivier Woutaï, aurait servi d'agent de renseignements, à l'Armée camerounaise.

Bien plus, la branche armée des combattants sécessionnistes, indique dans la vidéo, que leur victime, n'était pas enseignant, mais plutôt un militaire déguisé et présenté comme tel.

Presqu'un mois après son exécution, la tête d'Olivier Woutaï, professeur d'Histoire et Geographie au lycée bilingue de Nitop à Bamenda, a été mise dans un cercueil hier mercredi 19 juin, à Bamenda, puis acheminée vers ses lointaines terres natales à Guider, pour enterrement.

Le mystère demeure entier sur le reste de la dépouille du professeur des lycées dont l'assassinat très choquant et sans doute inhumain, a choqué une nation entière.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.