Afrique: Environnement - Baisse des investissements en énergies renouvelables en 2018

parc éolien

Les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables ont atteint 288,9 milliards de dollars. Ce montant consacré à la nouvelle capacité dépasse de loin le soutien financier apporté à la nouvelle énergie produite à partir de combustibles fossiles, selon les chiffres publiés dans le « Rapport sur la situation mondiale des énergies renouvelables 2019 ».

Les chiffres montrent que si l'investissement a diminué de 11% par rapport à l'année précédente, 2018 a été la neuvième année consécutive au cours de laquelle il a dépassé deux cents milliards de dollars et la cinquième année consécutive, au-dessus de deux cent cinquante milliards de dollars. Le chiffre n'inclut pas l'énergie hydraulique supérieure à cinquante mégawatts, pour laquelle seize milliards de dollars supplémentaires ont été investis, également en baisse par rapport à 2017, où quarante milliards de dollars avaient été investis.

La baisse des investissements en 2018 peut être attribuée en partie à la baisse des coûts de la technologie solaire photovoltaïque, qui a permis de sécuriser la capacité requise à moindre coût et à un ralentissement du déploiement de l'énergie solaire en Chine. Cependant, à l'échelle mondiale, l'énergie solaire restait le principal centre d'investissement, avec cent trente-neuf milliards de dollars investis en 2018, en baisse de 22%. L'investissement dans l'énergie éolienne a augmenté de 2% l'année dernière pour atteindre cent trente-quatre milliards de dollars. Les autres secteurs sont loin derrière, bien que les investissements dans la biomasse et la valorisation énergétique des déchets aient augmenté de 54%, pour atteindre 8,7 milliards de dollars.

Les chiffres comparent les montants investis dans les nouvelles capacités d'énergie renouvelable, qui s'élevaient à 272,3 milliards de dollars en 2018 (à l'exclusion des grandes centrales hydroélectriques), avec celui de la nouvelle capacité de production au charbon et au gaz, qui s'élevait à quatre-vingt-quinze milliards de dollars.

La Chine en tête, l'Europe et les pays en développement se rassemblent

Une ventilation géographique du chiffre de 288,9 milliards de dollars, le total des investissements dans les énergies renouvelables l'année dernière, montre que la Chine est en tête des investissements effectués dans le monde pour la septième année consécutive, à 91,2 milliards de dollars. Toutefois, ce chiffre était en baisse de 37% par rapport au chiffre record de 2017, en raison de plusieurs facteurs, notamment un changement en milieu d'année de la politique de tarif de rachat du gouvernement, qui a pesé sur les investissements dans l'énergie solaire.

La Chine représentait également 32% du total des investissements, suivie de l'Europe à 21%, des États-Unis à 17% et de l'Asie-Océanie (à l'exclusion de la Chine et de l'Inde) à 15%. Des pourcentages moins importants ont été observés en Inde (5%), au Moyen-Orient et en Afrique (5%), dans les Amériques (à l'exclusion du Brésil et des États-Unis) avec 3% et au Brésil avec 1%. En excluant la Chine, les investissements dans les énergies renouvelables dans les pays en développement ont, en réalité, augmenté de 6% pour atteindre 61,6 milliards de dollars, un record.

Les investissements en Europe ont bondi de 39% pour atteindre 61,2 milliards de dollars, chiffre le plus élevé en deux ans, principalement en raison d'investissements importants dans l'éolien terrestre et offshore. Aux États-Unis, les investissements ont légèrement progressé de 1% pour atteindre 48,5 milliards de dollars, au plus haut depuis 2011, également grâce à une augmentation du financement de l'énergie éolienne. Les investissements dans la région Asie-Pacifique (à l'exception de la Chine et de l'Inde) ont augmenté de 6%, pour atteindre le plus haut niveau en trois ans, pour atteindre 44,2 milliards de dollars. Le Moyen-Orient et l'Afrique ont, quant à eux, bondi de 57% pour atteindre un record de 15,4 milliards de dollars.

Toutefois, dans les Amériques (à l'exclusion du Brésil et des États-Unis), les investissements ont diminué de 23% (à l'exception des grandes centrales hydroélectriques) pour atteindre 9,8 milliards de dollars. « Il est rassurant de voir les investissements en augmentation aux États-Unis », a déclaré le Pr Nils Stieglitz, président de la Frankfurt School of Finance & Management, impliqué dans le rapport : « Ironiquement, cette croissance des investissements dans les énergies renouvelables pourrait être en partie expliquée par des projets bouclés rapidement afin d'être éligibles au régime actuel de subventions fiscales, qui devrait se terminer d'ici quelques années seulement, car leurs chances d'être prolongées sont actuellement très faibles », a-t-il indiqué.

Une multitude d'informations plus détaillées sur les investissements mondiaux dans le financement des énergies renouvelables en 2018 seront présentées dans le rapport sur les tendances mondiales dans les énergies renouvelables, qui sera publié en septembre, en amont du sommet mondial sur l'action pour le climat du secrétaire général des Nations unies. Ce rapport est publié chaque année depuis 2007. L'édition de cette année est cofinancée par le Ministère fédéral allemand de l'Environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire. Il portera sur une décennie d'investissements dans les énergies renouvelables.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.