Cote d'Ivoire: Coopération touristique - Les enjeux pour la Côte d'Ivoire d'aller à l'école du Portugal

Quatre accords ont été signés le jeudi 13 juin, entre la Côte d'Ivoire et le Portugal relatifs à la protection des investissements, au tourisme à la formation et à l'assainissement, à la faveur de la visite d'Etat du Président portugais à Abidjan.

Pour en revenir aux horizons originels de ces accords dont la formation en matière touristique est un pan aux enjeux stratégiques dans la diversification du développement économique de la Côte d'Ivoire qui veut faire du tourisme l'un des trois piliers de son émergence à l'échéance 2025, il importe de signaler que c'est la matérialisation d'un chantier mis en jachère en 2017.

En effet, en visite d'Etat au Portugal en septembre 2017, outre la réception par son homologue portugais, le président de la République, Alassane Ouattara, avait eu un entretien avec le Premier ministre du Portugal, Antonio Costa. Les échanges avaient essentiellement porté sur le renforcement de la coopération entre la Côte d'Ivoire et le Portugal, l'accroissement des échanges commerciaux entre les deux pays, la mise à la disposition de la Côte d'Ivoire de l'expertise des entreprises portugaises dans les domaines du tourisme, du traitement des déchets et de l'éducation; et les questions de sécurité régionale. D'où acte en juin 2019.

En prélude à la signature de cet accord en matière de formation, le ministre ivoirien du Tourisme et des Loisirs, Siandou Fofana, avait, à la faveur de la 8e édition du Festival du tourisme de Dimbokro (Festourdim), le 1er juin, fait l'annonce de la construction de 20 futurs centres de formation aux métiers du tourisme, de l'hôtellerie et des activités de loisirs dont le Portugal est entièrement partie prenante.

Une coopération en la matière qui s'arrime à celles déjà entamées depuis l'accession de SEM Alassane Ouattara au sommet de l'Etat en 2011, avec le Royaume du Maroc et la République populaire de Chine. Et, dans une moindre mesure, dans le cadre des Partenariats Public/Privé (Ppp), avec la Suisse et la Turquie.

Au Portugal, 1 euro sur 5 provient du tourisme

En diversifiant ses partenaires dans la formation touristique, c'est un adjuvant que s'offre la Côte d'Ivoire qui, à travers sa Stratégie nationale de développement touristique, « Sublime Côte d'Ivoire », devrait pouvoir former avec efficience, les quelque 230 000 travailleurs qualifiés sur les 375 000 que devraient absorber le secteur, à l'échéance 2025. Avec comme résultat, le positionnement durable de la destination ivoirienne dans le Top 5 du tourisme africain. Avec une contribution d'environ 8% en moyenne au Pib (contre 5 à 6%), le développement territorial hors-Abidjan et l'accroissement de l'assiette fiscale.

Bien plus, le choix du Portugal, pays où le secteur du tourisme est en très forte croissance depuis quelques années, est d'un enjeu certain. D'après les données de l'Office Mondial du Tourisme (Baromètre OMT, volume 15), le Portugal a accueilli, en 2016, 11,4 millions de touristes étrangers, en hausse de 12,7% par rapport à l'année précédente. Il s'agit du 2e meilleur taux de progression d'Europe, derrière la Hongrie (17,9%).

Mieux, cette étude argue qu'au Portugal, un euro sur cinq provient du tourisme. Avec pour incidence directe, c'est que le nombre de touristes étrangers a augmenté de plus de 60% en quatre ans, aidant ainsi, sous l'angle positif, le pays a surmonter les défis de la crise économique: le tourisme représente aujourd'hui 4,8% du Pib portugais.

C'est donc dans un partenariat gagnant/gagnant pour les deux pays que cette coopération en matière de formation tisse.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.