21 Juin 2019

Burkina Faso: Le Code pénal révisé adopté malgré l'opposition des médias et des organisations de droits humains

Pour le gouvernement qui était représenté par le ministre en charge de la justice, la pratique et l'actualité ont révélé des situations non prises en compte par le Code pénal de mai 2018. En effet, « certains actes sont aujourd'hui fortement reprouvés au plan moral par les pouvoirs publics et l'opinion nationale.

Sont de ces actes, entre autres, la mise en danger de la vie et les atteintes au moral des troupes engagées dans la lutte contre le terrorisme à travers la publication sur les réseaux sociaux et d'autres canaux de communication, des images ou des informations jugées stratégiques pour le succès de certaines opérations ou de certaines interventions des Forces de défense et de sécurité (FDS) ». Certaines publications sont aussi « attentatoires à l'honneur et à la dignité des victimes de crimes et de leurs proches ».

L'objectif général de cette loi, a indiqué le gouvernement, « est de mettre à la disposition des praticiens du droit et des justiciables, un Code pénal actualisé et moderne pour une justice plus crédible, équitable, accessible et efficace dans l'application de la loi pénale ».

Au cours du débat général qui a suivi son adoption, les groupes parlementaires de l'opposition, l'UPC, le CDP et le PJRN ont appelé a voté contre la loi. Un incident verbal avec un député de la majorité avait amené les députés de l'UPC à quitter la salle. Cela n'a pas empêché le vote de la loi.

Les organisations professionnelles des médias avaient indiqué qu'elles continueront le combat, même en cas de vote de la loi, pour expurger du Code pénal les articles liberticides. Pour le président de l'Association des journalistes du Burkina (AJB), Guézouma Sanogo, « les modifications contenues dans le projet de loi offrent la latitude aux gouvernants de caporaliser l'information relative aux actes terroristes ».

Burkina Faso

Décès de 11 gardés à vue - De nouvelles sanctions contre des responsables de la police

C'est ainsi qu'au titre des mesures conservatoires, Néné Ami Ouédraogo/Traoré, commissaire… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.