Ethiopie: G. Prunier - Au pays, «ce n'était probablement pas un coup d'Etat»

Abiy Ahmed, primier ministre

En Ethiopie, ces dernières 24 heures, le chef chef d'état-major, le général Seare Mekonnen, et le président de la région Amhara, Ambachew Mekonnen, ont été tués. Le premier dans la capitale, à Addis-Abeba, abattu par son garde du corps et l'autre à plus de 500 km de là, à Bahir Dar, capitale de l'Amhara.

Les autorités parlent de « tentative de coup d'Etat » perpétrée par un groupe armé. A la manœuvre, selon Addis-Abeba, le chef de la sécurité de cette région, qui est toujours en fuite. Pour décrypter ces événements, qui se sont déroulés dans la nuit de samedi à ce dimanche 23 juin, et leurs éventuelles conséquences, Gérard Prunier, ancien chercheur au CNRS, aujourd'hui consultant indépendant et spécialiste de la Corne de l'Afrique, est notre invité.

« Probablement, ce n'était pas un coup d'Etat, ce qui ne veut pas dire que tout se passe bien et que tout est gentil. [... ] Cela fait déjà un bon moment que l'on savait qu'il y avait une dissidence Amhara montante.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Ethiopie

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.