Ile Maurice: Consommation - Raccords et régulateurs, de l'eau dans le gaz

Lundi dernier, Parvadee Veeranah, 55 ans, est décédée suivant une fuite de gaz à Rivière-du-Rempart. Plusieurs habitants de la localité remettent en question la qualité des régulateurs et raccords. D'où proviennent ces dispositifs ? Quels sont les contrôles de sécurité effectués avant la vente ? Explications à plein gaz.

«Je ne sais toujours pas ce qui est arrivé. La bonbonne n'a pourtant pas explosé», s'indigne Natasha, la fille de Parvadee Veeranah, 55 ans. Le lundi 17 juin, cette résidente de Rivière-du-Rempart n'a pas survécu à ses brûlures après une fuite et explosion de gaz. Dans la région, ce drame provoque les interrogations des habitants, dont Samy, 40 an. «J'utilise la même marque de gaz ménager qu'elle. J'ai observé une perdition au niveau du régulateur et j'ai dû en changer plusieurs fois. J'ai parlé à des voisins et ils ont le même problème de fuite... » Tout cela lui a mis la puce à l'oreille. Pourtant, en l'achetant, il avait exigé les meilleures gammes aux quincaillers. Or, le pire aurait pu arriver si l'odeur ne l'avait pas alerté. Selon Natasha, sa maman achetait ces dispositifs dans un magasin local.

Quelques jours après la perte de sa sa maman, sa tête fourmille de questions. «Le raccord de gaz allait expirer en 2022. On n'a pas eu de problème avant. Je ne comprends pas».

D'où proviennent ces accessoires ? Selon Pamela Mautbar, la responsable d'une station de service à Eau-Coulée, ces derniers sont originaires d'Afrique du Sud. Dans d'autres commerces, ils sont importés de Chine. De son côté, Dean, responsable de la quincaillerie Bric à Port-Louis, explique que trois types de raccords sont proposés. «Nous avons un premier modèle de Chine qui est dépourvu de fibres internes et coûte Rs 35 le mètre. Ensuite, il y a deux raccords de grade 2, qui sont de meilleure qualité. Ils sont dotés de fines fibres et empêchent l'expansion si le gaz est sujet à une forte pression. L'un, originaire de Chine, est à Rs 40 le mètre et l'autre, d'Italie, plus facile à manier, à Rs 75».

Les régulateurs sont importés de la Chine et d'Italie respectivement. Le modèle italien, nommé Cavana coûte Rs 385 alors que le modèle chinois est à Rs 285. D'après lui, l'approvisionnement des commerçants doit se faire auprès des fournisseurs enregistrés qui garantissent la conformité. «Pour les besoins domestiques, nos raccords sont importés de France selon la norme française et nos régulateurs d'Inde, en conformité à la norme européenne», affirme Belinda Ramtohul, Marketing and Communications Manager de Vivo Energy Mauritius, fournisseur de gaz bleu. Pour sa part, Patricia Buisson-Hays-Narbonne, directrice générale de Total Mauritius, soutient que tous les fournisseurs d'accessoires de gaz sont régis par le siège social en France.

Cette société propose les gaz rouge et jaune. Après importation autorisée par le ministère du Commerce, le certificat de conformité est émis par le Mauritius Standards Bureau (MSB), un élément déterminant pour le choix des régulateurs et raccords, avance-t-elle. Nous avons sollicité des déclarations auprès des autorités mais en vain.

Toutefois, indiquent nos interlocuteurs, ces normes ne suffisent pas pour garantir la sécurité. D'abord, la date d'expiration du raccord doit être vérifiée. Quant au régulateur, il doit être remplacé au plus tard tous les 5 ans. Mais si le régulateur et le raccord s'usent avant cette période, il faut immédiatement en changer. De plus, l'installation doit également être effectuée par un technicien certifié, précise Belinda Ramtohul : «La bonbonne doit être placée à l'extérieur, dans un lieu aéré et loin d'un espace où le gaz pourrait s'accumuler.» D'après le quincailler, le régulateur doit être fermé. Une petite bague métallique permet aussi de resserrer la connexion du raccord au régulateur. «Et si on suspecte une odeur, il ne faut surtout rien allumer y compris les lumières. Il faut aérer l'espace au plus vite et évacuer la maison», dit-il.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.