23 Juin 2019

Angola: Le ministre l'Etat pour le fonctionnement des conseils de vigilance communautaire

Luanda — Le ministre d'État et chef de la Maison de Sécurité du Président de la République, Pedro Sebastião, a défendu samedi la nécessité de mettre en place des conseils de vigilance communautaire afin d'aider les organes de défense et sécurité à combattre et à prévenir le crime.

Pedro Sebastião intervenait à la cérémonie du 40ème anniversaire du ministère de l'Intérieur, en représentation du Président de la République et commandant en chef des Forces Armées Angolaises, João Lourenço. Il a indiqué qu'il était urgent que les règlements sur les conseils de vigilance communautaire soient adoptés et matérialisés, de même que le programme visant à récupérer les valeurs morales et civiques, à créer des conditions propices à la formation technico-professionnel des jeunes, à créer de nouveaux emplois et à améliorer de l'éclairage des centres urbains, qui contribueront à s'attaquer aux causes de la criminalité.

Les conseils de vigilance communautaire sont prévus par la loi 15/16 du 12 septembre (loi organique sur les administrations locales) et du Service de surveillance communautaire prévu par la loi 7/16 du 01 juillet (loi sur les commissions des résidents).

Le ministre d'État a également souligné l'approbation du nouveau statut organique de la Police nationale visant à la rendre plus opérationnelle et la construction de centres intégrés de sécurité publique ", ce qui améliorera considérablement sa capacité à réagir et à interagir avec les autres des organes qui contribuent au maintien de l'ordre, à la sécurité publique et au soulagement de la population".

D'autre part, il a informé que l'Exécutif s'employait à donner de la dignité au Service d'Investigation criminelle (SIC), à faire face aux défis de la lutte contre la corruption, le blanchiment d'argent, le terrorisme, le trafic de drogue et d'êtres humains et d'autres pratiques liées aux crimes violents.

Il a dit qu'il était impératif qu'il y ait une meilleure coordination entre les organes impliqués dans l'administration de la justice, "afin de surmonter plus facilement les confluences et les lacunes que nous avons encore dans ce domaine". Passeport électronique La version définitive du passeport électronique angolais devrait être approuvée mercredi prochain (26), dans une réunion du Conseil des ministres, a annoncé le même jour le ministre angolais de l'Intérieur, Ângelo Veiga Tavares.

L'utilisation d'un passeport électronique est une obligation qui doit être remplie par tous les pays membres de l'Organisation de l'aviation civile internationale.

Le document est identifié par un symbole, établi au niveau international et estampillé sur la couverture et qui, parmi d'autres composants, comprend un dispositif électronique dans lequel les informations biographiques et biométriques de son titulaire sont stockées.

Le passeport électronique intègre une nouvelle génération de dispositifs, allant de la reconnaissance faciale à l'intégration d'une puce sans contact.

Ângelo Veiga Tavares a également énuméré d'autres projets en cours visant à améliorer la capacité de réponse des organes du ministère de l'Intérieur, notamment l'acquisition de véhicules, du matériel non létal, la restauration de la flotte d'hélicoptères de la PN et la révision du barème salarial de l'effectif.

Il a noté que la révision du barème salarial permettrait, par exemple, à l'agent tiers de la police nationale, dernier grade de la corporation, de doubler son salaire.

La cérémonie des 40 ans du ministère de l'Intérieur a été marquée par un défilé de forces et de moyens et a également servi à rendre hommage aux anciens ministres et vice-ministres du secteur et aux hauts fonctionnaires des organes exécutifs centraux.

Angola

Le Centre orthopédique d'Amboim produit 24 prothèses/mois

Le Centre orthopédique de la municipalité d'Amboim (Cuanza Sul), qui a repris ses services mardi, va… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.