23 Juin 2019

Congo-Kinshasa: Viol collectif d'une mineure de 13 ans - Azarias Ruberwa donne à la victime des raisons d'espérer

"Je tiens à rassurer l'opinion que la justice sera rendue à la jeune fille victime de ce viol collectif. L'appel formulé par ses avocats sera examiné en bonne et due forme, conformément à la loi du Tribunal des enfants et à celle prévue sur les violences sexuelles faites à une mineure. La victime et l'opinion peuvent avoir des raisons d'espérer", a laissé entendre Azarias Ruberwa sur cette épineuse affaire de viol collectif d'une mineure de 13 ans, à Kinshasa.

Le ministre d'Etat qui assure l'intérim au ministère de la Justice se veut rassurant sur l'issue juste de ce procès en appel. Le jugement rendu la semaine dernière par le Tribunal pour enfants ne semble pas avoir dulcifié les tensions, surtout auprès des organisations de défense des droits des enfants et de la femme.

Lorsque les faits sont portés sur la place publique, la clameur est telle que d'aucuns imaginaient déjà le niveau de la peine qu'allaient encourir les violeurs. Le tribunal pour enfant de la Gombe, où le dossier a été expédié, a rendu son verdict la veille de la date fixée, soit le 17 juin, en l'absence des avocats de la victime. Les juges de cette Cour, rappelle-t-on, avaient prononcé deux condamnations dont une pénalement et une civilement ainsi que cinq acquittements à l'encontre des jeunes garçons tout aussi mineurs qui avaient participé à ce viol collectif. Les cinq autres prévenus ont tous été simplement acquittés. Jour après jour, cette affaire de la jeune fille de 13 ans, élève au Collège Révérend Kim, victime d'un viol collectif par ses collègues de la même école, continue de créer de l'effervescence dans l'opinion.

Traitement conséquent ?

Aujourd'hui, cette affaire est suivie de très près par différents responsables au niveau du Ministère de la Justice et Gardes des sceaux que dirige actuellement Azarias Ruberwa qui y veille personnellement. Pour preuve, le vendredi 21 juin 2019, il s'est longuement entretenu avec quelques responsables des juridictions du pays, sans doute pour cerner les contours de cette affaire qui agite le pays.

Il a tout d'abord échangé avec l'Avocat général de la République, M. Lumbu, qui représentait le Procureur général de la République et le 1er substitut du Procureur, M. Emile Ndjale. Le 2ème groupe comprenait le président du Tribunal pour enfants, M. Mundyo, le 1er président de la Cour d'appel de Kinshasa Gombe et le Procureur près la Cour de Kinshasa-Gombe.

Très affecté par ce scandale de dépravation des mœurs qui touche la jeunesse, Azarias Ruberwa s'est référé à la loi agitant des sanctions contre d'éventuels manquements dans ce dossier. "Dans l'intérêt de la victime et pour une justice équitable, il est préférable que la Cour ne soit pas identique. Je fais la promesse que conformément aux lois sus-évoquées, les manquements qui auront été constatés subiront le traitement conséquent", s'est-il exprimé au sortir desdits échanges.

Révulsés par cette affaire, les mouvements citoyens, les organisations de la société civile ainsi que celles de protection des droits de la femme, des enfants et des droits de l'homme dont l'Union Congolaise des Femmes des Médias (UCOFEM), Justice pour Elles, la LUCHA et Filimbi avaient organisé une marche à l'issue de laquelle ils ont manifesté devant le Palais de justice à Kinshasa pour protester contre le verdict rendu sur cette affaire. Les activistes de ces ONG qui ne décolèrent pas promettent d'autres actions dans les prochains jours dans l'espoir d'obtenir, en appel, des condamnations plus fermes contre les violeurs.

Mémoire

Il est important de rappeler que l'événement a eu lieu le 17 mai 2019 dans un appartement situé dans la commune de la Gombe. Des élèves censés accorder la primauté aux études ont préféré arpenté, un soir, la voie inextricable du sexe, en laissant libre cours à des fantasmes longtemps contenus. Ces derniers ont pris la liberté d'abuser d'une mineure de 13 ans, tous élèves au collège Révérend Kim. Loin de leurs encadreurs, les élèves ont planifié, à leur insu, l'organisation d'une fête d'anniversaire qui s'est transformée en un véritable cauchemar pour la victime qui a été droguée et dont les scènes du viol ont été filmées.

Congo-Kinshasa

Ebola en RDC - L'OMS déclare l'urgence sanitaire mondiale

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a réuni le mercredi 17 juillet un groupe d'experts chargé… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.