23 Juin 2019

Congo-Kinshasa: Exorcisme... !

L'exorcisme est un rituel religieux destiné à chasser une entité spirituelle maléfique qui se serait emparée d'un être animé, humain ou animal, et, plus rarement, inanimé tel qu'un objet. On peut appeler cela un démon. Cette pratique est, probablement, universelle.

Elle est supposée en Mésopotamie dès le II ème millénaire av. J.‑C. et attestée dès le Ier millénaire av. J.‑C. En effet, nombreux seraient d'avis que la RD Congo, mériterait, in tempore non suspecto, un rituel religieux, allant dans le sens d'implorer l'Eternel Dieu, pour expulser tous les esprits "maléfiques" qui, vraisemblablement, empêcheraient le décollage du Congo. Et donc, compte tenu de la situation politique, sécuritaire et sportive, cette recommandation, est largement partagée par des observateurs assidus. Ceux-là qui, à cor et à cri, continuent à prédire, à l'image des astrologues, la destinée des hommes et du Congo, le signe qui marque le temps de la fin.

Assurément, tel un aigle, le Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, l'a peut-être bien compris, en évoquant l'exorcisme. Dans sa prière, à la grande marmite omnisports dit "Stade des Martyrs", devant des fidèles de diverses religions réunis pour un culte de dédicace de la République Démocratique du Congo, organisé sur demande de lui-même, le Chef de l'Etat, dit avoir annulé toutes les "malédictions" contre la RDC, en sa qualité, dit-il, de Président de la République.

Autrement dit, il a supplié le Seigneur pour chasser du Congo, toute entité maléfique qui freine son développement. L'on se souviendra encore que cette prière est intervenue au moment où les Léopards football, en Egypte, venaient de recevoir une douche "lamentablement" froide des Ougandais. Battu à plate couture, l'équipe nationale congolaise n'aura récolté que ce qu'elle a semé. Comme pour dire que, même la fameuse "malédiction" se serait répandue dans chaque secteur de la vie des congolais, le sport n'étant manifestement épargné. Dommage !

Au moment où les tractations pour la formation du Gouvernement, entre le FCC, le clan de l'ancien Président Kabila et CACH de nouveau Félix Tshisekedi, semblent être au point mort, la Cour constitutionnelle, celle là qui siège sur les contentieux électoraux, continue à examiner dans la chambre spéciale, les dossiers des invalidés et validés à la députation nationale. Dans tous les cas, les affidés de Lamuka veillent à la Cour. Ils sont aux aguets.

Accusant la Cour de tous les péchés d'Israël, ces militants attendent de la Cour de "Luamba" une suite favorable en proclamant quoi? "La vérité des urnes" (ndlr), longtemps clamé par Martin Fayulu. Ce dernier, était de ceux qui sont allés accueillir à l'Aéroport de n'djili, le chairman du Mouvement de libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, un autre cacique de la plateforme Lamuka qui revenait de Bruxelles. Ensemble, ces ténors de Lamuka ont, à l'unanimité, promis de marcher sur toute l'étendue du territoire national en date du 30 juin prochain en signe des protestations. Décidément, ce rapport des forces avec le pouvoir est loin d'être fini.

Faudrait-il intensifier la prière pour que la paix revienne à l'Est du pays ? Faut-il encore implorer l'Eternel pour que le pays soit doté rapidement d'un gouvernement capable d'éliminer la crise économico-financière ? Est-il encore possible pour que les arrêts de la Cour ne soient pas une pomme de discorde entre congolais ? A quoi s'attendre à l'avenir ? En tout cas, ce pays devrait, à priori, être dédié solennellement entre les mains de Dieu, pour qu'il règne en maitre. Car, il est temps que les choses marchent à la lumière. A force de blocage, un rituel d'exorcisme serait sans doute nécessaire. Qui dit mieux ?

Congo-Kinshasa

L'Union africaine déconseille les restrictions de voyage Ebola

Malgré le risque de propagation dans la région, il ne faut pas imposer des restrictions de voyage aux… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.