Sénégal: Interdiction du téléphone au Bac - Vers une mise à contribution des religieux de Thiès

Thiès — La Coordination communale des associations de parents d'élèves de Thiès entame, lundi, une visite auprès des guides religieux musulmans et chrétiens pour les amener à rappeler dans leurs prêches l'interdiction des téléphones portables dans les lieux d'examens du baccalauréat, a annoncé dimanche à l'APS, son président Massar Talla Diop.

La Coordination des associations de parents d'élèves, affiliée à l'Union nationale des associations de parents d'élèves du Sénégal (UNAPES) avait également sensibilisé les parents, via les médias, à dissuader leurs enfants d'amener avec eux des appareils téléphoniques, a-t-il dit à l'APS lors d'un entretien.

Massar Talla Diop, par ailleurs secrétaire général de l'UNAPES, a précisé que "tout appareil connectable, même s'il est éteint ou est en panne, est interdit" dans les centres d'examens, selon la nouvelle règlementation.

"A partir de demain nous allons (rendre) visite aux chefs religieux musulmans et catholiques pour qu'ils transmettent le message dans leurs prêches et sermons", a-t-il poursuivi.

L'année dernière, 127 candidats avaient été suspendus à Thiès, pour refus d'obtempérer à l'interdiction. Le Lycée Amary Ndack Seck était le plus concerné, avec 120 candidats et le lycée technique, avec 7 élèves.

La coordination des parents d'élèves avait alors entrepris des démarches pour intercéder en faveur des élèves frappés par la décision, qui avaient finalement été autorisés par l'Office du Baccalauréat à passer une session de remplacement, en octobre.

Se félicitant de l' "amélioration" notée lors des récentes épreuves anticipées de philosophie, où "aucun élève" n'a été pris en défaut, les APE prennent les devants, pour que la situation de l'année dernière ne se répète pas lors du baccalauréat général.

Massar Talla Diop dit ne pas penser que les contrevenants puissent cette fois-ci bénéficier d'une telle dérogation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.