22 Juin 2019

Maroc: Focus à Essaouira sur "Musicothérapie - Regards croisés entre musique, culture et soin"

"Musicothérapie: regards croisés entre musique, culture et soin" a été le thème d'une conférence-débat organisée, récemment à Essaouira, en présence d'une palette d'intellectuels, de chercheurs et d'acteurs associatifs entre autres.

Initiée par l'Institut français d'Essaouira (IFE), en collaboration avec l'Association Musique thérapie sans frontière (MTSF), cette conférence a tenté d'apporter des éclaircissements autour de points pouvant exister entre la notion de soin et de musique, tout en offrant l'occasion aux différents intervenants de deux cultures différentes de s'appuyer sur la culture gnaoua et ses rites de guérison pour apporter un éclairage psychoculturel.

Cette conférence avait pour objectif donc de jeter un regard croisé sur le rôle thérapeutique de l'univers sonore et musical, et les empreintes culturelles, psychoaffectives et physiologiques, avec un rappel de la fonction sonore, afin de comprendre ce qu'est la musicothérapie.

A cette occasion, les intervenants ont exploré les différents ponts qui existent entre l'aspect culturel et la santé, tout en s'appuyant sur une partie du riche patrimoine de la culture gnaoua.

C'est dire que ce conclave, qui a bénéficié de l'appui de la Société française de musicothérapie (SFM), a servi de plateforme pour les participants en vue de partager leur savoir, leur savoir-faire, ainsi que leur vision de la notion du soin, de la musique et du patrimoine culturel, chacun avec un parcours pour créer ou recréer le lien entre culture et soin.

Intervenant à cette occasion, Mme Elodie Graff, musicothérapeute de MTSF, a relevé que l'idée de cette conférence a été de croiser les regards sur le rôle thérapeutique de l'univers sonore et musical, et les empreintes culturelles, psychoaffectives et physiologiques.

"Il est en effet important de croiser les regards pour se rappeler, pour créer du lien, pour reconnaître et redéfinir le sens du soin par le sonore, la musique et les applications thérapeutiques", a-t-elle estimé.

Tout en insistant sur le fait que le rapport au sonore était à la base du développement humain, Mme Graff a mis l'accent sur un certain nombre de paramètres sur lesquels s'appuie la musicothérapie, comme l'histoire du sujet, son patrimoine culturel et le point de vue du monde médical et scientifique.

Et de poursuivre que "dans les différentes conditions d'exercice, aussi éloignées qu'elles puissent paraître, nous avons vu que les rituels pour les uns peuvent définir un cadre pour d'autres, et que c'est d'une importance capitale pour établir ce lien, entre le maître et le patient ou alliance thérapeutique entre musicothérapeute et patient".

Elle a tenu à indiquer que la musique, qu'elle soit Gnaoua ou autre, fait partie d'un rituel pour les uns et est un média thérapeutique pour les autres, utile au musicothérapeute ou maalem, pour guider le patient vers un mieux-être, l'apaisement des angoisses et le déblocage émotionnel, entre autres, afin de rompre avec l'isolement.

Selon elle, l'approche des soins a, certes, beaucoup évolué dans la société moderne, mais peut, cependant, être confrontée à certaines limites lorsqu'il s'agit de traiter les méandres de l'âme et de ses troubles, dont l'interprétation varie de façon conséquente d'une ethnie à l'autre, d'un peuple à l'autre ou d'une culture à l'autre.

Maroc

L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir

Des partis d'opposition algériens ont posé dimanche des conditions au dialogue proposé par les… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.