Cote d'Ivoire: Electricité - Il y a 30 ans, Ouattara posait les bases de la Côte d'Ivoire exportatrice

Sous Ouattara, la Côte d'Ivoire distribue de l'électricité dans pratiquement tous les hameaux du pays et exporte en quantité plus élevée dans les pays de la sous-région.

Quand on visite les installations de la Ciprel, l'on est subjugué par les bâtiments, la qualité des installations de haute technologie, le splendide cadre de vie offert aux travailleurs mais surtout on ne peut s'empêcher de saluer ceux qui, il y a une trentaine d'années, y ont pensé et posé les jalons de cette unité qui «fait la fierté de la sous-région». Des mots du Président Macky Sall.

Qui, un jour plus tôt, disait de son homologue Alassane Ouattara qu'il «est un visionnaire»! Ouattara visionnaire ? Petite histoire de la Ciprel.

1992 : La Côte d'Ivoire vit de drastiques délestages. Le pays n'arrive plus à couvrir ses besoins en électricité.

On bricole mais ça coince. Quelle solution ? Jusque-là le pays vit d'énergie électrique en provenance des barrages hydrauliques. Kossou, Ayamé I et II. Faut-il en construire de nouveaux ?

La réponse apparaît évidente pour tout le monde. Sauf un homme, un certain Alassane Ouattara alors Premier ministre. Qui expose ses observations. La production hydraulique est soumise aux caprices de la pluie.

Personne ne maîtrise la quantité d'eau de pluie qui alimente les barrages. Or, quelle que soit sa capacité de production, un barrage n'est utile que par le débit de l'eau que dessert son lit. Ce que ni l'ingénieur ni le pays constructeur ne maîtrise. Que sera la pluviométrie dans les trente années à venir ?

Pour Ouattara, la question à cette époque était d'autant plus importante qu'il fallait réfléchir pour les générations à venir. Qui, elles, seront plus nombreuses et auront une consommation en énergie plus élevée.

Ainsi naîtra l'idée de créer une unité de production faucille. Qui va se traduire par la mise en place en 1992 de « la signature avec la Compagnie des énergies de Côte d'Ivoire d'une convention pour une centrale thermique valorisant le gaz naturel du sous-sol ivoirien », comme l'a expliqué hier Mme Diallo Kadidjatou, directrice générale de la Ciprel.

Suivra un projet (Gas to power) qui permettra d'accélérer la production thermique. Effectivement, deux ans plus tard, naîtra, en juillet 1994, la Compagnie ivoirienne de production d'électricité. Alassane Ouattara n'était plus à la Primature, mais il avait suffisamment bien lancé le projet. La Ciprel aujourd'hui est un joyau.

Producteur d'énergie mais aussi constructeur. Elle vend donc son expertise, une expertise made in Côte d'Ivoire. Quand il revient au pouvoir en 2011, Alassane Ouattara fait augmenter la production ivoirienne à plus de 60%.

« En effet, de 2011 à fin 2018, les principaux indicateurs de performance du secteur électrique ont connu de grandes évolutions.

La puissance totale installée a augmenté d'environ 60% en passant de 1391 Mw à 2200 MW ; le nombre de clients a doublé en passant de 1 100 000 à 2 200 00 ; le taux de couverture est passé de 33% à 58% et le temps moyen de coupure d'électricité a été réduit de moitié en passant de 48 heures à 22 heures par an », a expliqué le ministre Abdourahmane Cissé.

Qui a aussi ajouté que « l'objectif du Gouvernement est de fournir aux populations ivoiriennes une énergie abondante de qualité et à un coût abordable, tout en respectant nos engagements de la COP21 d'atteindre un mix énergétique de 42%d'énergies renouvelables à l'horizon 2030. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.