24 Juin 2019

Afrique: La Mauritanie découvre la CAN, ce lundi, à Suez

Le Caire — Le premier match de la Mauritanie en phase finale de Coupe d'Afrique des Nations (CAN), prévu ce lundi, est perçu par les dirigeants, les journalistes et les anciens footballeurs comme "le jour de l'Indépendance footballistique" du pays.

Tous s'apprêtent à vivre cette première historique, la rencontre qui va opposer la Mauritanie au Mali, dans la ville de Suez, à l'occasion de la CAN égyptienne.

"Oui, après des années de frustration, on peut dire que le jour de gloire est arrivé", s'enflamme le journaliste mauritanien basé en France, Lassana Camara.

"On se posait la question de savoir si nos footballeurs n'avaient pas les mêmes pieds, les mêmes corps que ceux des pays voisins tellement on sortait frustrés des nombreuses campagnes de qualification en phase finale de CAN", se souvient Camara, le patron de Mauritanie football, un site spécialisé.

Et Lassana Camara d'enchaîner : "Nous vivons une véritable révolution et les mots ne sont pas forts. C'est une renaissance de la Mauritanie qui à force de travail s'est invitée à la cour des Grands".

"On voyait venir depuis quelques années mais il a fallu se pincer pour croire que ça arrivera quelques années après l'installation de cette nouvelle Fédération", a ajouté le journaliste mauritanien intervenant sur des débats au sujet du football africain à Paris (France).

Moussa M'bareck, le président de JAHE (élite mauritanienne), partage le même enthousiasme.

"S'il fallait marcher pour vivre ces moments, on allait le faire, nous avons tellement attendus ce moment de gloire", dit-il.

"Nous avons fait un véritable périple mais ça vaut le coup et personne n'imagine se faire raconter ce pan de l'histoire moderne de la Mauritanie", ajoute t-il.

Thaleb Lemrabott, ancien milieu de terrain des Mourabitounes, espère que toute la frustration emmagasinée ne sortira pas en larmes lors de l'exécution de l'hymne mauritanien contre le Mali ce lundi à Suez.

"Comme tout footballeur, j'aurais bien aimé à la place de ces garçons qui ont beaucoup de mérite même si ce ne sont pas les plus talentueux", a rappelé l'ancien joueur et ancien directeur technique national du football mauritanien.

"On vivra un grand Jour cette soirée", a-t-il dit les yeux levés sur le plafond du hall de l'hôtel Barcelo Hôtel du Caire, informant que le président mauritanien, Mohamed Abdelaziz, assitera à la rencontre.

"Il fera le déplacement avec une forte délégation de politiques mais aussi d'hommes d'affaires pour suivre le premier match de la Mauritanie à la CAN", a-t-il fait savoir.

Thaleb Lemrabott soutient avec forces arguments que la Mauritanie regarde dans le rétroviseur les championnats locaux du Mali et du Sénégal.

"Aujourd'hui, je peux soutenir que nous sommes devant eux en termes de régularité, de visibilité et de moyens mis dans le football', a-t-il dit, indiquant que la Fédération de football et les joueurs doivent travailler pour que le football local soit le bénéficiaire de cet engouement.

"Il y a un tel amour vis-à-vis de l'équipe nationale et il faut qu'il se remarque tous les jours au niveau des clubs", a-t-il demandé appelant tout le monde à la vigilance.

"L'actuelle génération est arrivée au bout du rouleau et à la fin de la CAN, au moins une dizaine de joueurs vont au moins lâcher et il faudrait que la relève suive rapidement", a-t-il préconisé.

El Hadj Sy, le président de l'ASAC Concorde, ne dit pas le contraire, rappelant avoir toujours vécu par "procuration" les phases finales de CAN.

"En tant que Mauritaniens, nous étions supporters du Sénégal, du Mali, du Maroc et que sais-je encore mais aujourd'hui, on a touché au but après des années de travail acharné pour se mettre au niveau des meilleurs du continent", s'enthousiasme le jeune président du club de la capitale mauritanienne.

Le journaliste sénégalais Abba Diédhiou basé en Mauritanie depuis plus de 10 ans, dit avoir remarqué la montée en puissance du football de ce pays voisin.

"Depuis cinq ans, on voyait venir il y a de l'organisation et le professionnalisme", a-t-il dit relevant que la Fédération mauritanienne a piloté de l'intérieur et a réussi à changer la donne au niveau de son championnat.

"Et ce n'est pas un hasard si la Mauritanie a éliminé le Sénégal et le Mali des CHAN en 2014 et en 2018", a-t-il rappelé.

Mauritanie

Dix pays potentiellement à risque, selon la Coface

En dix ans, le nombre de conflits a doublé en Afrique. La Compagnie française d'assurance pour le commerce… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.