Guinée: AGEPI - Moussa Iboun Conté et Alfousény Magassouba exclus de l'association

La nouvelle équipe du bureau exécutif de l'Association Guinéenne des Editeurs de la Presse Indépendante (AGEPI) perd patience contre l'ancien bureau dirigé par Moussa Iboun Conté. Jeudi 20 juin 2019, à l'issue d'une assemblée générale organisée par les membres du nouveau bureau exécutif de cette structure, conduite par le nouveau patron Alpha Abdoulaye Diallo ont décidé d'exclure Moussa Iboun Conté du journal "La Nouvelle" et Alfousény Magassouba, du journal " Gourouganfouka".

Après l'annonce officielle de cette décision, les deux membres exclus désormais de l'AGEPI seraient introduits avec des hommes en (policiers et gendarmes) dans l'enceinte des locaux de cette association en brisant les cadenas.

Dans un entretien qu'il a accordé à quelques médias de la place, le vendredi 21 juin, le président élu à l'issue du congrès du 20 mars dernier est revenu les faits de cette situation.

« A l'issue de l'assemblée générale organisée ici le jeudi 20 juin. Nous avons publié notre procès-verbal.

A la suite de laquelle nous avons prononcé unanimement l'exclusion définitive de l'ancien président Moussa Iboun Conté et Alfousény Magassouba, qui représente le journal « Gourouganfouka », de l'Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI). Et nous avons donné les motivations », a-t-il déclaré.

Poursuivant son intervention, M. Diallo a ajouté, « puisque vous savez que la crise a débuté, il y a plusieurs mois. Et nous avons toujours tendu une main fraternelle à M. Iboun Conté, ancien président, pour demeurer membre de cette association.

Parce que nous avions dit qu'il n'y a pas de poubelle pour un membre de l'association. Mais comme vous l'aviez constaté, les présidents des associations de presse (Aguipel, UPLG, Urtelgui... ) avaient mené une négociation pour permettre à M. Iboun Conté de sortir par la porte honorable.

Il a rejeté cette offre. Et après, le congrès du 20 mars, nous avons continué à lui tendre la main. Il a toujours rejeté cet appel à la fraternité et à laver le linge sale en famille. Suite à cela, il a intenté des actions en justice contre huit (8) membres de l'association.

Alors, trois mois après, l'assemblée générale a décidé unanimement que trop c'est trop. Et qu'une association ne peut pas être prise en otage par deux individus. Cet ainsi que la sentence est tombée hier (20 juin 2019, Ndlr)... »

Plus loin, il a expliqué la façon dont le siège de cette association a été introduit de façon illégale par l'ancien président et ses complices. « La nuit, quand tout le monde a quitté du bureau de l'association.

Nuitamment donc, M. Iboun Conté et son complice Alfousény Magassouba, se sont introduits dans les locaux.

Briser les cadenas qui étaient au niveau de la porte métallique pour accéder aux locaux. En compagnie de deux policiers et de gendarmes ainsi que de vigiles... », a renchéri le nouveau président de l'AGEPI, Alpha Abdoulaye Diallo.

Par la même occasion, Alpha Abdoulaye Diallo a lancé un appel magistral aux autorités. Il a demandé aux hommes en uniforme (police et la gendarmerie) de ne plus collaborer avec M. Iboun Conté ni à Alfousény Magassouba, parce que, désormais, ils ne sont plus membres de l'AGEPI.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.