Sénégal: Claude Gumy - «On essaie de trouver des moyens pour préserver un peu l'intimité de chacun»

interview

En Suisse, les requérants d'asile sont accueillis par la société ORS Suisse pour leur encadrement, l'accompagnement et l'intégration. Dans cet entretien, le co-directeur suisse de la société ORS, Claude Gumy, parle de l'accueil des migrants dans les centres et leur vie dans ces lieux.

Ces foyers, dit-il, tiennent sur l'égalité du genre. Au 30 avril 2019, les requérants d'asile dans le canton de Fribourg étaient au nombre de 1684 répartis dans 5 centres d'accueil, selon le site du Service de l'action sociale de Fribourg.

Parlez-nous de l'accueil des migrants en Suisse ?

Il faut d'abord dire que depuis quelques années, ce sont des personnes en provenance d'Erythrée, de Somalie, d'Afghanistan, d'Irak, de Syrie qui forment la majorité des personnes qui demandent l'asile en Suisse. Avant 2015, on avait une majorité qui venait de l'Afrique de l'Ouest. En majorité, ce sont des hommes.

Soit c'est des familles ou des jeunes mineurs. On a aussi quelques célibataires et des femmes. Au fait, il y a au niveau de la Confédération des centres l'Etat Suisse qui procède d'abord à une interview de chacun pour que les personnes puissent se déterminer sur leurs motifs d'asile.

Les personnes sont réparties sur les 26 cantons et demi cantons suisses qui ont la charge de l'encadrement, de l'hébergement, de l'accueil, de l'intégration de ces personnes.

Après, c'est chaque canton qui va décider comment va se passer la prise en charge. Mais en règle générale, c'est toujours deux phases d'accueil, une première en lieu collectif, une deuxième en logement.

Comment se passe la prise en charge dans ces centres?

La loi vient de changer au 1er avril 2019 avec une procédure qui est accélérée (loi sur la restructuration de l'asile-Ndlr). On a peu de recul aujourd'hui pour savoir comment ça va se passer. Mais je vous parle de l'ancien système. La personne est d'abord dans un centre fédéral.

Après, on va lui dire demain tu es transférée dans tel ou tel canton. Dans tous les foyers, il n'y a pas de mixité. Aucune femme ne dort avec des hommes. Il y a une aide financière qui est donnée, une aide matérielle, un cash toutes les deux semaines.

Il y a des chaines d'événement, des consultations médicales, des vaccins qui sont faits. Il y a des cours d'apprentissage de langues qui sont donnés. Les enfants en âge de scolarisation sont pré-scolarisés dans les structures de l'Ors.

Des programmes sur l'égalité du genre sont aussi servis. Une fois que la famille quittera le foyer vers un logement individuel, les enfants sont inscrits à l'école publique. Les gens sont libres de leur mouvement, de leurs activités.

L'octroi du droit d'asile est-il lié au genre ?

Il n'y a pas de différence liée au genre par rapport à la procédure d'asile. La procédure d'asile est uniquement fédérale. Les cantons ne décident pas.

On a un taux de couverture. Ça s'applique aux personnes qui reçoivent une décision positive. Quelqu'un qui est reconnu selon les accords internationaux de Genève comme réfugié, il obtient un permis B en Suisse.

C'est un permis qui vous donne les mêmes droits, à part les droits civiques. Vous avez une bonne partie des gens dont la demande individuelle est rejetée. Par contre, il y a une impossibilité pour cette personne de retourner chez elle. C'est très difficile de renvoyer cette personne en Irak, par exemple?

La Suisse va déterminer quels pays sont sûrs, ne sont pas sûrs et une personne dont la demande a été rejetée mais dont le pays d'où elle provient est dangereux où il n'y a pas d'accord de réadmission, alors elle va avoir une admission provisoire qui est un permis F et qui donne un peu plus de droit qu'une personne qui est en procédure avec un permis N.

Elle pourra travailler sans contraintes. Tant que la situation dans le pays d'origine n'a pas changé, elle pourra rester en Suisse. Il y a aussi des moyens qui sont donnés pour leur intégration parce que certains vont rester toute leur vie ici avec un permis F.

Quelles sont les difficultés que les femmes rencontrent en général, une fois arrivées en Suisse ?

Le trajet, c'est là où elles vont rencontrer les plus grandes difficultés. Arrivées ici, il y'a l'égalité de droit. En principe, il n'y a aucun traitement différencié entre un homme et une femme.

Dans la plupart des cantons, il y'a un premier accueil qui situe dans les centres d'accueil et là en principe, on a des endroits qu'on essaie de réserver en fonction de l'infrastructure du lieu divisé. On essaie de réserver des parties aux femmes typiquement douches, toilettes.

En 2015, avec la crise qu'avait connu l'Europe avec beaucoup de migrants qui étaient arrivés à ses portes, en Suisse, à Fribourg, parfois on a dû ouvrir des abris souterrains, des abris de la protection civile et là on faisait des horaires alternées.

On essaie de trouver des moyens pour préserver un peu l'intimité de chacune et chacun. Il n'y a pas de difficultés au niveau de l'encadrement, de l'accompagnement de ces personnes. On a aussi un aspect médical.

Chaque jeune fille où chaque femme est consultée par une infirmière d'Ors. Il y'a une consultation au niveau du planning familial pour tout ce qui concerne la santé sexuelle, la contraception.

On donne un cadre et les personnes cherchent aussi du soutien à l'extérieur, des réseaux de bénévolat, des associations qui essaient de donner aussi une prise en charge moins institutionnelle à ces personnes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.