Sénégal: Droit d'asile en Suisse - Les requerantes... toujours dans le dur !

Ayant fui des conflits ou des violences physiques dans leurs pays d'origine, les requérants d'asile marchent toujours sur la corde raide en Suisse. Pourtant, bon nombre d'entre eux ont passé 20 ans voire plus dans le territoire suisse.

Ainsi, ceux qui ont échappé au renvoi sont contraints à avoir un permis de séjour F qui ne leur permet pas d'exercer un travail. Dans ce reportage réalisé dans le canton de Fribourg, situé à 237 km de Genève, dans le cadre du « Programme d'échange de journalistes entre la Suisse et

Ailleurs » de l'Association En Quête d'Ailleurs (Eqda) sur le thème « Egalité homme-femme, une lutte sans fin? », les requérantes d'asile racontent leur détresse en Suisse. Contraintes à vivre dans des foyers, elles côtoient des problèmes au quotidien.

A Fribourg, une structure dénommée Espace femmes apporte son soutien pour leur faciliter l'intégration. Zoom sur les tenants et aboutissants de la situation des femmes migrantes en Suisse.

L'ELDORADO SUISSE, UN REVE CHEZ LES REQUERANTES D'ASILE !

Les requérantes d'asile marchent à l'ombre en Suisse. Ce n'est pas l'Eldorado pour la plupart d'entre elles. Entre refus de papiers et impossibilité de trouver du travail, elles sont conditionnées à vivre dans des foyers pour migrants où il ne fait pas souvent bon vivre.

Rencontrées à l'occasion d'une permanence organisée par le Collectif Droit de Rester qui vient en aide aux requérantes d'asile à Fribourg, elles ont fait part de leur détresse en Suisse.

Comme tous les derniers mercredis du mois, Saludo Malag quitte le foyer pour migrants d'Estavayer-Le-Lac, localité du canton de Fribourg située dans le district de la Broye, pour venir participer à la permanence organisée par le collectif Droit de Rester.

Ce mercredi 5 juin, elles sont quatre femmes d'origine africaine à la Bibliothèque Livre Echange à Fribourg venues requérir des informations, de soutien et d'accompagnement des membres de Droit de Rester en vue d'obtenir des papiers suisses. Divorcée, Saludo Malag a fui la Somalie il y a plus de 20 ans avec ses enfants pour s'installer en Suisse.

« Un groupe d'extrémistes me menaçaient de mort en Somalie. Je suis une femme moderne, je ne suis pas une religieuse », confie-t-elle.

Mine triste, Saludo Malaq qui parle, des trémolos dans la voix, se réjouit tout de même de se confier à une journaliste. Sa détresse s'aggrave de jour en jour. Et pour cause, elle et ses enfants n'arrivent toujours pas à obtenir des papiers.

« Mes enfants ont grandi ici. On a un permis de séjour F qu'on doit renouveler tout le temps. A cause de ce permis provisoire, je n'arrive pas à trouver un travail alors que je ne peux plus retourner en Somalie.

Certains membres de ma famille sont morts, d'autres ont fui à cause de la guerre, je ne sais pas où est-ce qu'ils sont maintenant », fait savoir Saludo Malaq.

Elle a horreur de rencontrer des Somaliens en Suisse. « Je ne veux pas rencontrer de Somaliens ici parce que j'ai peur qu'ils me reconnaissent et qu'ils me menacent à nouveau », dit-elle. Saludo Malaq vit toujours dans un foyer pour migrants alors qu'un de ses fils a pu obtenir une nationalité suisse.

« Un de mes fils a eu des papiers et il a voulu qu'on habite ensemble mais les autorités suisses ont refusé alors que je suis malade, je prends des médicaments à longueur de journée à cause de mon hypertension », fait savoir la cinquantaine.

Pis, ajoute-t-elle, « il y a beaucoup de personnes qui sont arrivées après nous. Ils leur ont donné des papiers. J'ai le stress à cause du permis de séjour et des mauvaises conditions que je vis ».

Hébergement des sans-papiers, un délit !

Dans cette permanence du Collectif Droit de Rester, on trouve également une jeune femme d'origine éthiopienne accompagnée de sa fille de deux ans.

Mais difficile de lui arracher un seul mot. Contrairement à la Somalienne, elle ne veut pas se confier à un journaliste. « Je suis éthiopienne. Je suis venue en Suisse il y a deux ans avec ma fille à cause des conflits politiques dans mon pays ».

Ce sont ces quelques mots qu'elle a laissés entendre en anglais. Mais la détresse se lit sur son visage. Si la jeune éthiopienne a préféré garder l'anonymat, c'est parce qu'elle a été une fois expulsée par la police de la maison de son hébergeur suisse qui voulait lui «épargner» les conditions difficiles des foyers.

Ce dernier s'appelle Guillez Alain. Il héberge des sans-papiers dans le canton de Fribourg. Il a d'ailleurs été condamné pour « délit de solidarité ».

Et pour échapper la prison, il a payé une amende. Toutefois, la soixantaine est loin de se décourager dans ses « actions sociales ». « La nouvelle loi votée en 2014 dit que tous ceux qui hébergent des sans-papiers sont considérés comme des criminels.

C'est-à-dire qu'on n'a pas le droit de venir en aide à une personne qui est en détresse même si c'est inscrit dans la Constitution. J'ai été condamné par la loi pour avoir hébergé des sans-papiers. Je suis inscrit au casier judiciaire comme criminel », raconte-t-il.

Guillez Alain connait beaucoup de familles de migrants en situation difficile en Suisse. « Il y avait une famille, ils sont restés 25 ans sans papiers et puis, on a beaucoup lutté.

En 2013, ils ont eu enfin le permis de séjour. La femme travaille pour une société de nettoyage, elle avait un horaire coupé et elle n'a jamais de congé. Elle travaille, y compris le samedi et le dimanche. Elle est payée à coups de lance-pierre alors qu'elle est mère de famille avec 3 enfants », fait-t-il savoir.

Guillez Alain ajoute : « c'est une situation parmi tant d'autres. Il y'en a qui travaille sur rappel, c'est épouvantable. Je connais plein de situations qui sont tragiques. Je connais une femme qui a le permis.

Elle a été torturée. Elle vit dans une chambre où il n'y a jamais de soleil. Elle n'a même pas de cuisine. Elle lave ses légumes et tout dans le lavabo.

C'est une honte de voir les choses. Je suis en contact avec ces gens. Pas plus qu'hier, j'étais dans une de ses familles où le père est tombé dans un échafaudage et jamais l'assurance en validité ne lui a été donnée».

«Les femmes sont nettement minorisées et ne se sentent pas respectées»

Sandra Modica et Sophie Guignard sont deux membres du collectif Droit de Rester. Selon elles, les migrants en Suisse viennent en majeure partie de l'Erythrée, de l'Ethiopie, du Nigéria, de l'Irak, du Soudan, de l'Algérie. Leur collectif fait un travail de « dénonciation » et de « dysfonctionnement » du système.

« Les accompagnements qu'on fait sont essentiellement avec des femmes et les motifs pour lesquels elles sont ici sont vraiment spécifiques. Au fait d'être femme, il y a des personnes qui ont eu des violences dans leur pays et ont fui parce qu'elles ne trouvaient pas de soutien de la part de la famille ni de l'Etat.

Des personnes ont été victimes de traite. Il y a des personnes qui ont été violées en cours de route et qui ont fui ou qui peut-être étaient établies dans un autre pays en Europe et qui ont été violées et qui ont fui le compagnon et la famille sur place », a déclaré Sandra Modica.

Pis, dit-elle, « elles vivent difficilement ici parce que la plupart que nous avons rencontrées dans le cadre de la permanence étaient déboutées dans leurs demandes d'asile. Elles ont fait des recours qui sont aussi refusés.

Du coup, elles étaient dans des foyers qui sont spécifiques pour des personnes qui doivent quitter la Suisse et les conditions dans ces endroits sont très difficiles ».

Pour Sandra Modica, « les femmes sont nettement minorisées, elles ont peu d'intimité et ne se sentent pas respectées. Les hommes sont parfois invasifs et certaines ont peur. En plus de cela, il y a toute la peur d'être renvoyées de force.

D'ailleurs, ça s'est arrivé avec une des femmes qui a été renvoyée à 4h du matin par une dizaine de policiers avec son enfant de 3 ans. On a l'impression que ce sont des femmes invisibilisées parce qu'elles vivent dans ce foyer, où elles sont 5 femmes pour une cinquantaine.

Une fois par semaine ou tous les jours, elles doivent aller tamponner leurs papiers à la police pour avoir leur 10f par jour. Avec 10F par jour, ce n'est pas très facile de vivre, d'avoir des loisirs».

«La traite ou le viol ne sont pas toujours détectés par les autorités fédérales»

A en croire Sophie Guignard, «les problématiques de traite ou de viol ne sont pas toujours détectées par les autorités fédérales alors que des questions sur des violences sexuelles sont très difficiles ». Et de poursuivre, « pour certaines, c'est difficile d'obtenir une femme pour l'audition alors que c'est crucial pour parler de viol ou de violences.

Et comme il y a nécessité de rendre vraisemblables tous les motifs d'asile et dans le cas de ces violences, il n'y a jamais de preuve, c'est très difficile pour elles de le prouver, donc c'est très difficile pour elles d'être crues et c'est très difficile d'obtenir l'asile ».

Sophie Guignard trouve que « la politique d'asile est restrictive et dure en Suisse ». A cause des difficultés d'obtention de papiers, Sophie Guignard soutient que certaines femmes développent des « problèmes psychiques ».

COURS DE LANGUES, D'INFORMATIQUE, DE CODES, ATELIERS D'INTEGRATION : Espacefemmes, au secours des migrantes

Les femmes migrantes en Suisse peuvent se confier à la structure Espacefemmes qui œuvre pour leur promotion. La structure qui tient son siège à Fribourg vient en aide à toutes sortes de femmes qui sont dans le besoin pour leur permettre de se sentir plus en confiance et de valoriser leurs savoirs.

Elle ne manque pas de recevoir des femmes migrantes de diverses nationalités pour une meilleure intégration en Suisse.

« Notre intention est de permettre la rencontre entre les femmes d'ici et d'ailleurs et en même temps, être active à lutter contre la discrimination entre hommes et femmes, participer à une société plus égalitaire et promouvoir les femmes dans la société », a fait savoir la directrice d'Espacefemmes, Pascale Michel.

Concernant les femmes migrantes, la structure dispense des cours d'intégration. « On n'a pas mal de cours de langues, d'informatique, des ateliers d'intégration, on leur donne les clés de fonctionnement de la société suisse et des idées d'autodétermination », ajoute la directrice d'Espacefemmes.

Selon elle, c'est leur manière de soutenir les femmes migrantes qui n'ont pas manqué de rencontrer des difficultés aussi bien en venant en Suisse mais également une fois arrivées à cause de la discrimination.

En effet, le choc des cultures constitue parfois un problème chez les migrantes fraichement arrivées en Suisse. « Parfois, elles disent qu'elles ont subi des violences chez elles, qu'elles n'étaient pas indépendantes mais elles trouvent la culture suisse géniale.

Je leur pose des questions si elles trouvent ça normal », a fait savoir l'une des formatrices du centre. Dans le siège d'Espace femmes à Fribourg, se trouve une crèche qui accueille les enfants des femmes qui viennent suivre des cours ou qui sont venues voir les conseillères pour des informations.

Même si Espacefemmes continue d'œuvrer pour la promotion des femmes, selon Pascale Michel, les femmes migrantes continuent de subir des injustices en Suisse.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.