Congo-Kinshasa: Jean-Pierre Bemba - « Mon souci pour le peuple est intact. Mon souhait, c'est la paix, la justice »

Jean-Pierre Bemba est arrivé hier dimanche matin à Kinshasa. Il a été accueilli par un comité restreint composé de cadres de son parti et ceux de la coalition Lamuka. Il s'est entretenu avec la délégation à l'aéroport sans accorder une moindre interview à la presse.

Son agenda prévoit une tournée dans quelques villes du pays, selon la secrétaire générale du MLC, Eve Bazaiba. À la place Sainte Thérèse où l'attendent depuis des heures, plusieurs centaines de ses sympathisants, le leader du MLC a réitéré son engagement, à savoir la paix et la justice.

57 ans, Jean-Pierre Bemba Gombo est arrivé à Kinshasa, hier dimanche 23 juin. Il a été accueilli à l'aéroport international de N'djili par les cadres de son parti, le MLC, dont Eve Bazaiba et Jacques Djoli. Certains leaders de la coalition Lamuka dont il fait également partie, étaient également présents tels que Martin Fayulu et Adolphe Muzito.

La procession s'est terminée sur la place Sainte Thérèse où l'attendent depuis des heures, plusieurs centaines de ses sympathisants. L'arrivée de la délégation venue de l'aéroport a davantage électrisé l'ambiance au terrain municipal. L'ancien sénateur a pris la parole pour condamner les tueries en Ituri entre Hema et Lendu.

« J'ai appris que les violences ont repris en Ituri, nos frères sont en train d'être tués à cause des conflits et la manipulation. Je demande à mes frères lendu et hema de ne pas entrer dans ce jeu », a déclaré le leader du MLC.

Jean Pierre Bemba est également revenu sur la recrudescence de l'insécurité à Beni. Il a plaidé en faveur du retour de la paix en appelant l'armée à faire son travail. Sur le plan politique, Jean Pierre Bemba est resté droit dans ses bottes. « Nous ne pouvons pas laisser ce combat. Nous allons continuer à défendre les intérêts du peuple congolais », a-t-il réaffirmé.

Pour rappel, l'ancien sénateur était déjà rentré, en août 2018, pour la première fois au pays après son incarcération à la Cour Pénale Internationale (CPI) à La Haye, aux Pays-Bas. Il s'était également rendu à Gemena pour s'incliner devant la tombe de son père. Pendant son court séjour, il avait également déposé sa candidature pour la présidentielle de décembre de la même année. Scrutin auquel il ne s'était pas finalement présenté parce que, le 24 août, son dossier avait été déclaré non recevable par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) suite à sa condamnation par la CPI pour subornation de témoins.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.