Congo-Kinshasa: La CENCO presse Tshisekedi sur les véritables réformes

«Liberez mon peuple ». Telle est le titre et donc la quintessence du message des Evêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) qui sonnent le tocsin pour le changement clair et net en RD. Congo.

Dans son message lu le lundi 24 juin, à l'issue de la 56ème Assemblée plénière des Evêques tenue du 17 au 21 juin, la Cenco note un certain grésillement de l'élan de réforme pris par le Président Félix Tshisekedi, dès son entrée au pouvoir avec la décrispation politique ou encore avec le lancement de son programme d'urgence de 100 premiers jours. Une situation qui rend opaque l'avenir de la RD. Congo, alors que les congolais scintillaient de lueur d'espoir après les élections du 30 décembre ayant concouru à l'alternance, partielle ou complète soit-elle, au sommet de l'Etat.

C'est en effet comme annoncé après leur rencontre du vendredi 21 juin 2019 avec le Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, que les prélats catholiques sont revenus sur l'essentiel du registre qu'ils ont remis au Président de la République concernant les différents problèmes qui rongent le pays. Au moment où la Cour constitutionnelle a invalidé plusieurs députés "dignement élus", à l'heure où la crise socioéconomique persiste, et pendant que l'insécurité siège l'Est et qu'il y a absence du Gouvernement jusqu'à ce jour, la Cenco se tourne vers le Garant de la nation congolaise, dans le sens de l'inviter à se triturer les méninges pour sortir la RD. Congo du gouffre d'un cercle vicieux.

Et donc, Félix Tshisekedi, d'après le message des Evêques, doit assurer pleinement ses responsabilités de Chef d'Etat. Pour ce faire, le Premier citoyen congolais doit mettre l'Armée dans les conditions qui lui permettent de répondre efficacement à sa mission de défendre et de sauvegarder l'unité et l'intégrité du territoire national. Et ce, surtout que des personnes stipendiées à la solde des ennemis, soulignent les princes de l'Eglise catholiques, maintiendraient en mouvement leur plan de déstabilisation et de la balkanisation du pays. En outre, ils l'appellent à redorer le blason de la Magistrature, particulièrement celui de la Cour constitutionnelle, de façon que le Peuple ait confiance en la Justice, au-delà des dernières tournures d'invalidations des élus ou encore des procès à deux poids deux mesures. C'est simplement de vraies et véritables réformes qui pourront faire de l'Etat congolais un havre de bonheur, un oasis de paix, un Etat de droit fort et prospère, à l'image de ses potentialités du sol et du sous-sol.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.