Afrique de l'Ouest: Maintien des jeunes filles à l'école - L'approche multisectorielle de la Côte d'Ivoire présentée à Dakar

En mission du 15 au 18 juin dernier au pays de la Téranga, le Professeur Mariatou Koné, Ministre ivoirienne de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté a présidé en sa qualité de Présidente du Comité Régional de Pilotage (CRP) du Projet Swedd, un panel de haut niveau sur l'autonomisation des femmes et le maintien de la jeune fille à l'école.

Un Panel qui a réuni les sept pays membres du Swedd mais aussi ceux qui ont manifesté leur volonté d'intégrer le projet notamment le Cameroun, la Gambie, le Sénégal...

De l'exposé des ministres présents (Sénégal, Gambie, Niger et Tchad) et des représentants des autres pays participants, l'on peut retenir que tous sont confrontés aux mêmes défis : comment tirer profit du dividende démographique et comment maintenir les jeunes filles à l'école.

S'agissant du cas particulier de la Côte d'Ivoire, l'Etat a opté pour une approche multisectorielle. En ce qui concerne singulièrement la question de l'autonomisation des femmes, la Ministre Mariatou Koné a égrené la panoplie d'actions menées par le Gouvernement.

« En Côte d'Ivoire nous avons les filets sociaux productifs mis en œuvre par mon ministère qui consiste à octroyer aux ménages les plus vulnérables, une allocation trimestrielle de 36 000 FCFA que nous avons étendus à 100 000 ménages contre 50 000 dans la première phase.

Nous avons aussi, la Couverture Maladie Universelle, plusieurs fonds au profit des femmes notamment le Fonds d'Appui aux Femmes de Côte d'Ivoire (FAFCI) de la Première Dame Dominique Ouattara et bien d'autres outils logés dans des ministères en vue de permettre à la femme ivoirienne de s'affirmer économiquement et socialement », a-t-elle expliqué.

Selon le Professeur Mariatou Koné, investir dans la femme, c'est investir dans le développement, c'est lutter contre la pauvreté. D'où sa satisfaction que ses préoccupations soit au cœur d'un rencontre de haut niveau.

A côté de ces mesures, il y a ce qui est fait spécifiquement pour maintenir la jeune fille à l'école, citées pêle-mêle par la Ministre Mariatou Koné.

Ce sont la scolarisation obligatoire de tous les enfants de 6 à 16 ans, la création d'espaces, le soutien scolaire au profit des jeunes filles vulnérables, la professionnalisation de certains métiers ainsi que la distribution de repas chauds et équilibrés à plus d'un million de rationnaires dans les 5688 cantines des établissements primaires selon les chiffres du Ministère de l'Education nationale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.