Algérie: Nécessité de coordonner les actions entre les différents acteurs pour une lutte efficace

Alger — Le chef de service de la lutte contre la contrefaçon à la Direction générale des Douanes (DGD), Kamel Kadi, a souligné lundi à Alger, la nécessité de coordonner les actions entre les différents acteurs du domaine pour une lutte efficace contre ce phénomène.

Intervenant lors de la 5e édition du colloque international sur la contrefaçon en Algérie, organisé par le World Trade Center Algiers (WTCA), en collaboration avec le ministère du Commerce et la Direction générale des Douanes (DGD), M. Kadi a indiqué que "les douanes algériennes ne cessent de renforcer leur coopération avec les différents intervenants dans la lutte contre la contrefaçon pour une lutte efficace contre ce phénomène".

A cet effet, il a indiqué que la DGD est signataire de plusieurs conventions avec des entreprises publiques et privées algériennes, des entreprises étrangères, des institutions et les services de sécurité comme la sureté nationale et la gendarmerie nationale pour mieux coordonner les actions menées dans le cadre de la lutte contre la contrefaçon.

Dans ce sens, il a expliqué que ces conventions permettaient de fournir aux douanes algériennes les caractéristiques techniques des produits susceptibles d'être contrefaits pour mieux les identifier lors des opérations de contrôles sur les frontières.

Les conventions permettent également, a-t-il ajouté, d'assurer une formation en continue des agents des douanes et leur offrir les données et les compétences nécessaires pour la distinction entre les produits originaux et ceux issus de la contrefaçon.

Cela a permis de rendre plus efficace la lutte contre la contrefaçon menée par les services des douanes tout au long des frontières nationales, a-t-il assuré.

Selon les chiffres avancés par M. Kadi, les Douanes algériennes ont saisi 455.516 produits contrefaits durant l'année 2018.

La majorité des biens contrefais proviennent de Chine, soit 323.432 produits. Cela représente un taux de plus de 71% du total des produits contrefaits, introduits frauduleusement dans le territoire national en 2018.

Le reste des produits contrefaits a été importé, essentiellement, du Bangladesh de l'Inde, de la Malaisie, la Turquie, ainsi que d'autres pays.

La répartition, par nature de produits contrefaits, montre que les articles de sport, les produits textiles, les pièces de rechange, les accessoires pour téléphone, ainsi que les appareils électriques et les montres, ont été les plus concernés par la contrefaçon en 2018.

Selon les données des Douanes, les articles de sport arrivent en tête des produits contrefaits (269.608 articles), soit près de 59,19% de la quantité globale des saisies.

Ils sont suivis de produits textiles (113.725 produits) soit 24,96%, des pièces de rechange (67.671 produits) soit 14,85%, les accessoires pour téléphone (3.018 produits) soit 0,66% et, enfin, les appareils électriques et les montres (1.494 unités) soit un taux de près de 0,33%.

Par ailleurs, les Douanes algériennes ont réussi à saisir 320.514 produits contrefaits durant le premier trimestre de l'année 2019. Cela représente 70,36% de la totalité des saisies effectuées par les mêmes services en 2018.

En 2017, la saisie des produits contrefaits était estimée à 724.214 produits. Les biens contrefaits provenaient, majoritairement, de Chine. Ils comprenaient notamment des articles de sport, des produits alimentaires, des pièces de rechange, de petits appareils électroménagers et d'esthétique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.