24 Juin 2019

Algérie: 1158 cas de piqûres de scorpion dont 6 décès depuis début 2019

Alger — Au total, 1158 cas de piqûres de scorpion, dont 6 ayant entrainé des décès, ont été enregistrés à travers le territoire national depuis janvier dernier, selon un bilan présenté lundi à l'Institut national de la Santé publique (INSP) à Alger.

D'après ce bilan, il ressort une "baisse conséquente" du nombre de décès dus à cette espèce d'arachnide, comparativement à l'année écoulée qui avait enregistré 46 décès sur un total de 45.132 cas de piqûres, sachant que l'Algérie comptabilise une moyenne annuelle de 50.000 cas de piqûres entraînant entre 50 et 100 décès.

Détaillant ces nouvelles données, la représentante de l'Institut Pasteur d'Algérie, Dr Farida Aliane, a fait savoir que sur les 6 décès déplorés, 3 ont été recensés dans la seule wilaya de Ouargla, alors que les wilayas de Tamanrasset, Bordj-Bou Arreridj et Biskra comptabilisent chacune un décès.

Plus globalement, ce sont 20 wilayas qui représentent un "haut risque scorpionique", a-t-elle ajouté, rappelant l'existence, depuis 2002, d'un centre d'extraction du venin à M'Sila et un autre à El-Oued ayant démarré en mai dernier, en attendant l'ouverture prochaine d'un 3ème à Ghardaïa.

De son côté, le Dr Lakhdar Griene, membre du comité national de lutte contre l'envenimation scorcopionique, a expliqué que la toxicité de cet arachnide "n'est pas liée à la taille et à la couleur", faisant remarquer que sur les 40 espèces de scorpion existant en Algérie, seules trois sont mortelles pour l'homme.

Tout en attirant l'attention sur le fait que, souvent, ce sont les enfants qui en sont victimes, il a estimé qu'il était "insupportable de continuer à déplorer des décès et recommandé d'analyser la situation pour tenter de trouver des solutions pérennes à cette problématique de santé publique".

Pour le représentant de la Direction générale de la Prévention au ministère de la Santé, le Dr Youcef Terfani, la hausse de l'incidence des piqûres s'explique par plusieurs paramètres, citant la malpropreté du milieu de vie, la précarité des habitations et la propagation des ordures, tout en assurant avoir pris "les dispositions nécessaires pour une meilleure prise en charge de l'envenimation scorpionique".

Tout en recommandant d'évacuer au "plus vite" la personne piquée vers le centre de soin le plus proche, le Dr Mohamed Lamine Saidani de l'Institut Pasteur, a rappelé que trois caravanes de sensibilisation aux dangers du scorpion ont été organisées depuis 2017, la dernière ayant eu lieu en mars dernier.

Lors de cette rencontre, l'accent a été mis sur "le déplacement par l'humain" et par le fait des changements climatiques, notamment du scorpion, généralement localisé dans le sud du pays, ce qui ne met pas les régions du nord du pays à l'abri de la toxicité de ce redoutable animal.

Le sérum anti-venin "disponible en quantité suffisante"

Le sérum anti-venin est "disponible en quantité suffisante", a assuré, de son côté, le directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie, le Pr Zoubir Harrat, précisant que cet établissement a produit depuis le début de l'année en cours 54.000 doses de sérum, soit plus de la moitié des besoins annuels, estimés entre 85.000120.000 doses, sachant que la production moyenne annuelle est de 80.000 à 85.000.

"La production se poursuivra les prochains mois. De plus, nous avons lancé un appel d'offres pour l'acquisition d'un stock afin de pallier à toute demande supplémentaire", a-t-il poursuivi, tout en mettant en avant l'investissement consenti pour la mise à niveau de la production afin de "répondre aux besoins du marché national et d'investir le marché extérieur dans un proche avenir".

Le Dr Harrat a rappelé, à ce propos, que 10 wilayas des Hauts-Plateaux et du Sud du pays sont impliquées dans la collecte du scorpion aux fins d'extraction du venin destiné à la production du sérum en question à travers des micro-entreprises employant essentiellement des jeunes.

Algérie

Assassinat de Mamoudou Bolaro Barry - Un sit-in projeté devant l'ambassade de France en Guinée

Les protestations et indignations se multiplient après l'assassinat de Mamoudou Bolaro Barry dans la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.