Maroc: Mawazine-2019 - Kery James triomphe sur la rive du Bouregreg

Les amateurs de rap ont profité d'un show mémorable

Dans son dernier album, il affirme être le plus puissant sur scène, l'infatigable Kery James l'a prouvé, dimanche soir à Rabat, en offrant un show mémorable aux amateurs de rap venus profiter de sa verve sur la scène du Bouregreg, à l'occasion de la 18è édition du Festival Mawazine-Rythmes du monde. Rage, puissance, éloquence et engagement sont des paroles capables de résumer la carrière du rappeur français d'origine haïtienne né en Guadeloupe, mais aussi les maîtres-mots du spectacle offert par le "Dernier MC" sur la rive du Bouregreg. Avec une attitude ferme et déterminé, droit dans ses bottes, Kery James a maîtrisé la scène avec un charisme magnétique qui explique probablement pourquoi le rappeur brille également, depuis 2017, sur les planches de théâtre.

Interprétant tour à tour "Le jour où j'arrêterai le rap", "Rue de la peine" et "Le retour du rap français", l'artiste a d'abord enflammé la foule avant de l'émouvoir, parfois même aux larmes, par ses textes introspectives dans lesquels il se livre à son public, narrant comment il a déambulé dans la vie et ses travers avant "d'embrasser le droit chemin".Mais c'est à travers "Mouhammad Alix", en référence à la légende mondiale de boxe, que le quadra a littéralement enflammé l'esplanade du Bouregreg et mis K.O quiconque met en doute sa capacité à galvaniser l'assistance. Sur les directives du rappeur français, les festivaliers ont rallié la figure emblématique du rap hexagonal sur toutes ses chorégraphies assurant une ambiance "block party".

Autre point d'orgue du concert, la chanson "J'rap encore" à travers laquelle Kery James rappelle qu'en restant fidèle à ses principes, à son rap engagé et à sa sincérité poignante, il est toujours présent au-devant de la scène rap, 27 ans après la sortie de son premier titre "La vie est brutale". En plus de ses moments militants, comme lorsqu'il interprète "PDM", Kery a su alterner avec des ambiances afro, des rythmes dansants, une atmosphère jazzy et des classiques interprétés en mode piano-voix, offrant à son show une diversité déconcertante.

Avant de quitter la scène, c'est couvert du drapeau marocain que Kery a immortalisé sa présence à Rabat à travers une photo prise depuis son smartphone avec le public déchaîné du Bouregreg. Celui dont la voix "est trop virile pour le vocodeur", s'est une nouvelle fois illustré en tant que héraut du "rap conscient". Sans recourir à outrance à l'autotune, Kery James, de son vrai nom Alix Mathurin, a prouvé qu'il est toujours au sommet de son art et que tant qu'il monte encore sur scène l'honneur du rap authentique sera indemne.

Organisé depuis 2001 par l'Association Maroc Cultures sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, Mawazine demeure sans aucun doute, pour les mélomanes de tous horizons, un rendez-vous culturel des plus attendus. Pour sa 18ème édition (21-29 juin), cette grand-messe musicale propose une programmation exceptionnelle et diversifiée, englobant les chansons marocaine, africaine, orientale et occidentale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.