Afrique: Lutte contre la faim et la malnutrition - Le continent s'engage contre le fléau

Photo: FAO/Stefanie Glinski
Au Soudan du Sud, la période de soudure a laissé de nombreuses familles sans nourriture et les mères se démènent pour survivre, Aweil, Sud-Soudan, janvier 2018.

L'Afrique s'est décidée à lutter contre la faim et la malnutrition et la sécurité alimentaire. Et ce, en vue d'atteindre d'ici 2030, élimination de la faim et de la malnutrition.

Pour aider les pays dans leurs efforts nationaux de mise en œuvre des politiques et de programmes durables visant à lutter contre la faim et à éliminer la malnutrition conformément à l'agenda 2030 des Nations unies, le Programme alimentaire mondial et le gouvernement ivoirien ont mis en place le Centre d'Excellence régional contre la faim et la malnutrition (Cerfam).

Créé en mars 2019, le Cerfam a tenu hier lundi 24 juin, une Concertation régionale sur l'état d'avancement des feuilles de route pour l'élimination de la faim et de la malnutrition en Afrique. Rencontre ouverte par le Vice-Président Daniel Kablan Duncan, facilitateur national « faim zéro ».

Il a invité l'ensemble des acteurs à agir vite « Plus que jamais, cette problématique doit être au cœur de nos stratégies de lutte contre l'extrême pauvreté et de promotion de la prospérité partagée, en tant que dimension importante de développement social et humain.

Nous devons nous unir et coordonner nos efforts pour améliorer cette situation en vue d'atteindre nos objectifs nutritionnels et de sécurité alimentaire pour nos populations ». Parce que, soutient le Vice-président ivoirien, « A l'échelle mondiale, la malnutrition serait responsable d'une perte de 11% du Produit intérieur brut (Bip).

Par ailleurs, les enfants qui souffrent de malnutrition gagnent 20% de revenus de moins à l'âge adulte que les enfants qui sont bien nourris ». En Côte d'Ivoire, a-t-il indiqué « La sous-alimentation a légèrement baissé, de 17,6% à 15,4% sur la période 2000-2015, avec une projection attendue de 12% à l'horizon 2030.

L'insécurité alimentaire modérée est la forme la plus répandue en milieu rural ivoirien et touche 10,8% des ménages selon les données de 2018. L'accès aux aliments constitue la principale cause de l'insécurité alimentaire».

Pour Peter Musoko, Directeur régional adjoint du PAM pour l'Afrique de l'Ouest et du centre, cette concertation constitue une opportunité unique d'augmenter nos synergies complémentaires pour optimiser nos ressources dans la mise en œuvre effective des feuilles de routes contre la faim et la malnutrition en vue d'atteindre l'Odd2 à l'horizon 2030.

Vision partagée par Issa Sanogo, Directeur du Cerfam. Pour Dioncounda Traoré, ancien président par intérim du Mali, « vaincre la faim dans un délai raisonnable, ce n'est pas une utopie, elle est réalisable eu égard de la volonté politique affichée.

L'autosuffisance alimentaire est réalisable la lutte contre la sécurité alimentaire n'est pas une vue de l'esprit».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.