Afrique: Davantage doit être fait pour éradiquer la faim en Afrique

communiqué de presse

Rome — Déclaration de Malabo: un événement organisé lors de la Conférence de la FAO se penche sur les défis associés à l'objectif d'éradication de la faim en Afrique d'ici à 2025

Il est essentiel d'augmenter les actions concertées en Afrique pour pouvoir atteindre l'objectif de développement durable Faim Zéro et l'ambitieux objectif de Malabo. Tel était le message de l'événement organisé en marge de la 41ème session de la Conférence de la FAO.

La Déclaration de Malabo, adoptée par les Etats membres de l'Union Africaine en 2014, appelle à intensifier les efforts collectifs visant à éradiquer la faim et la malnutrition d'ici à 2025. Les Objectifs de développement durable, adoptés mondialement en 2015, visent à éradiquer la faim, à assurer la sécurité alimentaire, à améliorer la nutrition et à promouvoir l'agriculture durable d'ici à 2030.

Les faits indiquent que le continent africain est en retard quant à la réalisation de ces engagements.

M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, a souligné l'urgence de la situation: «Je suis ici pour dire oui, nous pouvons, nous pouvons le faire. J'en ai fait l'expérience dans mon pays, le Brésil. Nous avons réussi à éradiquer la faim en moins de dix ans. S'il y a une volonté politique et de l'implication, nous pouvons le faire», a-t-il indiqué.

M. Abebe Haile Gabriel, Sous-Directeur général de la FAO et Représentant régional pour l'Afrique, a déclaré que la hausse de la faim ces dernières années était due à une croissance rapide de la population, à la faiblesse de la productivité agricole, aux crises économiques et à la pauvreté. Il a indiqué qu'il existait de nombreuses opportunités liées au développement des ressources en terre et en eau et à la création d'emplois pour les jeunes.

«Nous n'avons pas d'autres options que d'agir plus rapidement et de manière concertée. Des personnalités capables de dire la vérité aux puissants de ce monde sont indispensables afin de réaliser l'objectif Faim Zéro», a-t-il précisé.

L'événement parallèle, «Les progrès vers la réalisation de l'objectif de Malabo lié à l'éradication de la faim d'ici à 2025: perspectives et défis dans la région africaine» a vu des pays partager leurs expériences sur la manière dont ils ont réussi à intensifier leur progrès en matière d'éradication de la faim et de la malnutrition en Afrique.

«Le plus grand défi auquel nous faisons face est politique, notamment au niveau de la cohérence des politiques et des investissements dans le secteur agricole, en particulier pour les populations rurales, a souligné M. Kanayo Nwanze, Ambassadeur de bonne volonté de la FAO pour la Faim Zéro en Afrique.

M. Marcos A. Nhunga, Ministre angolais de l'agriculture et des forêts, a expliqué comment l'Angola s'était notamment penché sur les ressources humaines, la logistique et les marchés pour stimuler l'agriculture, en prêtant particulièrement attention aux agriculteurs familiaux afin d'améliorer la sécurité alimentaire. Il a indiqué que les prix des intrants tels que les semences ou encore l'engrais avaient baissé, tandis que l'assistance technique sous la forme des champs-écoles paysans avait augmenté. Il a également fait remarquer que de nombreuses collaborations avec le secteur privé avaient vu le jour en vue d'améliorer les infrastructures et qu'un système de crédit avait été établi afin d'aider les agriculteurs à accéder aux nouvelles technologies.

M. Mohamed Boucha, Vice-Ministre nigérien de l'agriculture et de l'élevage, a notamment présenté l'initiative agricole nationale «Les nigériens nourrissent les nigériens» et s'est dit optimiste quant à la réalisation de l'objectif Faim Zéro. Il a ajouté que son pays avait réussi à réduire la pauvreté et la sécurité alimentaire, mais aussi à augmenter l'irrigation et à améliorer les semences et l'accès des agriculteurs aux marchés et aux formations.

Le travail de la FAO pour éradiquer la faim en Afrique

Le travail de la FAO en Afrique a une valeur complémentaire face aux efforts déjà déployés au niveau national et régional visant à réaliser les objectifs de la Déclaration de Malabo et ceux de développement durable, notamment à travers le renforcement des capacités, l'appui politique et stratégique, mais aussi l'engagement et la coordination de toutes les parties prenantes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.