Niger: L'opposition conteste le nouveau Code électoral adopté par le Parlement

Le Niger vient de se doter d'un nouveau Code électoral. Il a été voté ce lundi en l'absence des députés de l'opposition qui refusent qu'on leur impose ce qu'ils qualifient de mascarade.

C'est à l'unanimité des 133 députés de la majorité présents que la nouvelle loi sur le Code électoral a été votée.

Ne se sentant pas concernée par cette loi, qui n'est pas consensuelle, l'opposition a tout simplement boycotté l'hémicycle, après avoir déposé une motion de censure contre le gouvernement.

« Puisque nous n'avons pas été associés au début du processus, nous ne pouvons pas être à la fin. Il va de soi que nous n'allons pas donner une caution, une légitimité, à cette mascarade », nous confirme le député Soumana Sanda.

La politique de la chaise vide n'a jamais résolu un problème social ou politique, selon Iro Sani, le vice-président de l'Assemblée nationale : « L'opposition à ce débat signifie tout simplement que cette opposition n'a aucun argument.

Elle est aux abois, elle n'a plus de solution, elle n'a plus de voie de sortie que de jouer la politique de la chaise vide. »

Le vrai point de blocage est l'article 8 du Code électoral, qui ne donne aucune chance à l'opposant Hama Amadou d'être candidat aux futures élections.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Niger

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.