25 Juin 2019

Sénégal: «Scandale» autour du pétrole et du gaz - Aliou Sall demissionne de la CDC

Le frère du président de la République, Aliou Sall cité dans une affaire de «pots de vin» sur des contrats pétroliers et gaziers, démissionne de la tête de la Caisse des Dépôts et Consignations (Cdc). Dans un communiqué rendu public hier, lundi 24 juin, le maire de Guédiawaye déplore une campagne de «déshumanisation» portée contre sa personne, non sans botter en touche une fois de plus toutes les accusations portées contre sa personne.

La pression de la rue, notamment avec les manifestations de la plateforme "Aar Li Nu Bokk", ainsi que les nombreux appels à la démission réclamés par certains, semblent avoir eu raison du Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (Cdc), cité dans une affaire de malversation sur des contrats pétroliers et gaziers.

En effet, le frère du chef de l'Etat, Aliou Sall, a rendu le tablier hier de la tête de la Cdc, poste qu'il occupait depuis septembre 2017.

Dans une déclaration parvenue à la rédaction hier, lundi 24 juin, car son face-à-face avec la presse lui étant refusé par ses propre militants à Guédiawaye, il dira que «fort de la conviction profonde que demain il fera jour, et que la lumière finira d'avoir raison des ténèbres, je prends ici devant vous la décision de donner ma démission de la tête de la Caisse de Dépôts et Consignations à compter de ce jour».

Ainsi donc, après un premier acte posé dès la publication du documentaire de la chaine Britannique BBC, notamment la prise de parole publique pour «répondre point par point aux accusations iniques sur mon appartenance à telle ou telle société, sur des éléments de salaire, sur des versements de commissions indues, sur une rente pétrolière ahurissante étalée sur pas loin d'un demi-siècle», Aliou Sall passe à la vitesse supérieure en présentant sa démission.

Sur les raisons d'une telle démarche, il expliquera être de son devoir «de laver mon honneur sali, de protéger les miens qui sont aujourd'hui encore plus touchés que moi dans leur chair et dans leur esprit. C'est à la fois un problème de justice, de dignité mais aussi de responsabilité»

Toutefois, le maire de Guédiawaye a dénoncé une cabale montée contre sa personne. A son avis, ses détracteurs jouent sur «la corde sensible de populations qui se battent au quotidien pour vivre voire pour survivre ; et à ces populations, elle s'emploie à offrir comme provision, des raccourcis cyniques et dangereux du genre : Lii yeen ako moom (cela vous appartient), ay nitt akiimoo ko (un groupuscule s'en accapare), def ko seen yeufi boop (ils en ont fait leur propriété privé), niom ak seeni diabarr (eux et leurs femmes), seeni doom (leurs enfants), seeni kharitt (leurs amis)».

De l'avis du frangin du chef de l'Etat, le but recherché dans cette campagne contre sa personne serait de le «déshumaniser» en le présentant comme «le méchant face aux bons, celui qui s'abreuve du sang et de la sueur du peuple sénégalais, le personnage sans foi ni loi qui nargue un peuple exsangue».

Bien évidemment, comme lors de son face-à-face avec la presse juste après la parution du reportage de BBC, Aliou Sall botte à nouveau en touche toutes les accusations portées contre sa personne dans cette affaire de contrats de pétrole et de gaz.

«Comme je l'ai dit, depuis le premier jour, toute cette malheureuse controverse n'est entretenue qu'autour d'un tissu d'amalgames et de contrevérités destinées à alimenter une autre campagne, plus insidieuse, celle-là, et qui va au-delà de ma modeste personne», nie-t-il en bloc.

D'ailleurs même, il dit être en phase avec l'Etat du Sénégal qui a ouvert une information judiciaire sur cette affaire qui défraie la chronique. Il n'a pas manqué de prendre date pour l'avenir, parce que se disant persuadé que «cette épreuve rendra beaucoup de service à mon peuple dans le futur».

Sénégal

Assassinat de Mamoudou Bolaro Barry - Un sit-in projeté devant l'ambassade de France en Guinée

Les protestations et indignations se multiplient après l'assassinat de Mamoudou Bolaro Barry dans la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.