Gabon: L'ombre du scandale du Kevazingo plane sur le Salon du bois

Au Gabon, le Premier ministre Julien Nkoghe Bekalé a inauguré, ce lundi, la 2e édition de Gabon Wood Show, le plus grand salon d'Afrique centrale et de l'Ouest dédié à la promotion de la transformation locale du bois tropical.

À travers ce salon, Libreville, qui s'inscrit dans l'après-pétrole, espère attirer plus d'investissements directs étrangers.

Plusieurs opérateurs, notamment asiatiques, exposent durant ce salon, mais l'ombre du scandale du Kevazingo, qui a fait chuter le ministre des Forêts et le vice-président de la République, plane sur ce salon.

Sur le podium, Lee White, le nouveau ministre gabonais de la Forêt a peint un tableau très reluisant de l'industrie de la transformation locale du bois : « Le volume de bois transformé est passé de 280 000 mètres cubes, à plus de 1,3 million de mètres cubes.

En 2018, ce sont près de 900 000 mètres cubes de produit transformé qui ont été exportés. Cela a permis de créer plus de 10 000 emplois. »

Ces bons chiffres et la beauté des stands n'ont pas fait oublier le scandale du Kevazingo, ce bois précieux dont 353 containers ont mystérieusement disparu du port.

Le président du parti écologiste gabonais, Marcel Mounguéngui est d'ailleurs venu manifester sa colère contre la tenue de cette foire : « Nous n'avons pas encore eu de résultat sur ce scandale.

Et lui, il vient, il arrive, comme ça... Et dit : on exporte le bois, après salon du bois. C'est-à-dire qu'on se moque des Gabonais. »

Le ministre de la Forêt de s'expliquer : « Est-ce que c'est utile de bloquer l'économie du Gabon ? Est-ce que c'est bien que nos compatriotes soient au chômage technique ? Moi, je ne suis pas d'accord. Il faut relancer, mais dans les normes. »

Le salon est moins grandiose que la première édition. Les opérateurs forestiers sont préoccupés par la relance de leurs activités après quatre mois de difficultés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.