Cameroun: Le jeu et les joueuses - Johnson et Nchout en patronnes

Annette Ngo Ndom : Beaucoup ne vendaient pas chère la peau de la gardienne des Lionnes indomptables dans cette compétition. Pourtant, Ngo Ndom a fait un tournoi acceptable, malgré quelques erreurs comme sur le 3e but néerlandais ou contre l'Angleterre avec cette balle lui échappant des gants et qui aurait pu coûter à son équipe.

Sans parler de ce ballon, à l'origine du premier but, qu'elle aurait dû dégager. Mais elle a aussi su gérer des situations chaudes.

Christine Manie : A-t-on assisté aux derniers moments de la capitaine des Lionnes dans cette compétition ?

Au niveau de l'état d'esprit, Manie a clairement toujours son Fighting Spirit et c'est sa plus grande qualité. Mais la défenseuse a semblé prise de court à plusieurs reprises, manquant de vivacité et de vitesse. Elle n'a d'ailleurs pas joué les deux derniers matchs.

Yvonne Leuko : Compétition moyenne pour Yvonne Leuko qui a souvent été absente au marquage.

Quelques mauvaises décisions ont souvent mis son équipe en difficulté et la joueuse de couloir n'a pas été très présente offensivement, même si le premier but du Cameroun contre les Néo-zélandaises part d'elle.

Falone Mefomettou : Jusqu'à une crise de paludisme qui la privera des matchs contre la Nouvelle Zélande et l'Angleterre, l'ancienne joueuse de Guingamp n'avait pas à rougir de ses prestations. Même si son apport offensif a été presque inexistant.

Aurelle Awona : Il y a eu ce but contre son camp face à la Nouvelle-Zélande qui aurait pu gâcher son tournoi.

Heureusement que cela n'a pas été le cas car la joueuse a été souvent tranchante dans ses interventions et son duo avec Estelle Johnson laisse entrevoir de bonnes choses. Blessée, elle a manqué le match contre les Pays-Bas.

Estelle Johnson : La révélation du Cameroun dans cette coupe du monde. La joueuse qui disputait sa première compétition avec les Lionnes est apparue comme la patronne de cette défense. Imposante dans les duels, souvent à la rescousse de ses partenaires, Estelle Johnson a fait le boulot.

Même si on pourrait trouver à redire sur certaines de ses relances. Néanmoins, elle a sauvé son équipe de certaines situations difficiles. A l'image de ce but anglais qu'elle dégage in extremis presque sur la ligne.

Augustine Ejangue Siliki : Titularisée lors du dernier match de poule, elle a livré un match sérieux sur son couloir droit, sans apporter assez d'impact offensif. Les choses se passeront moins bien lors de la rencontre suivante avec notamment cet amorti involontaire pour la gardienne qui occasionne le coup franc indirect.

Raïssa Feudjio : Compétition en dents de scie pour celle qui était la métronome du Cameroun au milieu de terrain. Après des débuts difficiles, Feudjio a rendu une bonne copie contre la Nouvelle Zélande avec un bon travail à la récupération. Mais elle n'aura pas beaucoup apporté lors du 1/8e de finale.

Jeanette Ngock Yango : On est loin du niveau de la joueuse qu'on a connue au Mondial 2015. Même si Ngock Yango a aidé avec ses efforts à la récupération. Mais la distribution des ballons vers l'attaque n'a pas souvent été fructueuse.

Gabrielle Aboudi Onguene : Remuante mais muselée contre le Canada, Aboudi Onguene a pourtant fait un match époustouflant contre les Pays-Bas, inscrivant le seul but camerounais.

Une performance ternie lors du match suivant avec des mauvais choix et une débauche inutile d'énergie. Celle qui a récupéré le brassard a également fait preuve de nervosité avec des gestes d'humeur qui auraient pu lui coûter cher.

Nchout Ajara Njoya : La joueuse de Valerenga évoluait jusque-là dans l'ombre. Elle a eu enfin l'occasion de faire étalage de son talent dans ce Mondial. Son match référence reste celui face à la Nouvelle-Zélande avec un doublé, dont ce but à la dernière seconde du match.

Déterminée, remuante, Nchout Ajara a cru redonner l'espoir aux Lionnes en 1/8e de finale mais son but sera refusé. Une décision qui va saper le moral de la joueuse, incapable, comme ses camarades, de se remettre de ses frustrations.

Gaëlle Enganamouit : Compétition à oublier pour la meilleure joueuse africaine 2015 qui n'est plus que l'ombre d'elle-même. Les compétitions se suivent et se ressemblent pour elle. Enganamouit n'a jamais réussi à imposer son physique et à peser sur les défenses.

Elle n'a presque jamais été dangereuse balle au pied. Mais le sélectionneur a déclaré être satisfait de son rendement et elle a été titularisée d'entrée à plusieurs reprises.

Michaela Abam : On attendait beaucoup de la joueuse d'origine américaine mais elle a finalement eu beaucoup de mal à exister. Elle s'est rarement montrée dangereuse. A sa décharge, elle n'était pas forcément bien utilisée. Toutefois, elle a aidé son équipe défensivement.

Alexandra Takounda : Rentrée en cours de match à deux reprises, la jeune joueuse s'est souvent montrée remuante et a apporté de la fraîcheur.

Elle manque une occasion nette face à la gardienne anglaise sur sa première prise de balle. Son trop plein d'engagement lui a valu deux cartons jaunes.

Marlyse Ngo Ndoumbouck : Alignée contre le Canada, Ngo Ndoumbouck n'a pas vraiment existé dans cette partie. On ne la reverra d'ailleurs plus.

Geneviève Ngo Mbeleck: Un demi-match pour la joueuse dans cette compétition, sans beaucoup d'impact. Au contraire, des erreurs et des fautes commises auraient pu être préjudiciables à son équipe.

Thérèse Abena et Charlène Meyong Menene : Pas grand-chose à dire tant leur entrée dans le jeu n'a jamais vraiment apporté grand-chose au jeu des Camerounaises.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.