Congo-Kinshasa: Société civile - Jean-Claude Katende menacé de mort

Le président de l'Association africaine pour la défense des droits de l'homme (Asadho) a déposé une plainte contre inconnu auprès du commissaire provincial de la police/ville de Kinshasa, pour dénoncer la pression qu'il subit, en rapport avec son implication pour la réouverture du procès de l'assassinat de Floribert Chebeya et de la libération des innocents dans le dossier de l'assassinat de Laurent-Désiré Kabila.

Un communiqué de Publiez ce Que Vous Payez (PCQVP) du 25 juin appelle les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) à tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité du président de l'Asadho, Jean-Claude Katende, à la suite d'« inquiétantes menaces de mort récemment proférées à son encontre ».

Selon PCQVP, des individus non identifiés ont averti Jean-Claude Katende par appels téléphoniques au cours des derniers jours, qu'il serait « tué » s'il continuait ses actions de plaidoyer menées depuis le début de l'année, en faveur de la libération d'Eddy Kapend et de la réouverture des dossiers de Floribert Chebeya et de Fidele Bazana, deux défenseurs des droits humains assassinés en juin 2010 et dont les responsables sont restés impunis à ce jour.

« Le 12 juin 2019, le jour suivant le premier appel de menaces, une manifestation pacifique avait été organisée pour demander la libération d'Eddy Kapend et de plusieurs autres personnes. Aujourd'hui, le 25 juin, une autre manifestation devrait se tenir pour demander justice dans l'affaire des deux assassinats », a expliqué PCQVP. Cette manifestation avait été bloquée par la police au niveau du croisement des avenues Assossa et Enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu, alors que les organisateurs avaient brandi la lettre introduite à l'hôtel de ville informant l'autorité urbaine sur cette manifestation, a précisé l'ONG.

Plaidoyer pour des mesures immédiates et sérieuses de protection

Ces nouvelles menaces, a déclaré la directrice exécutive de PCQVP, Elisa Peter, sont inadmissibles et ne doivent pas rester impunies. A l'en croire, Jean-Claude Katende doit bénéficier des mesures immédiates et sérieuses de protection de la part des autorités.

Elisa Peter estimé que la lutte contre l'impunité et le respect des libertés fondamentales d'expression, de manifestation et d'association sont des conditions essentielles pour permettre aux organisations de la société civile d'effectuer leur travail de façon libre et indépendante, sans peur de représailles. Sans elles et sans la possibilité pour les défenseurs des droits humains de mener leurs activités légitimes, affirme-t-elle, le travail de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) n'aboutira pas.

Dénonçant fermement la pression dont est victime Jean Claude Katende, PCQVP, qui rappelle que le défenseur a été menacé dans le passé pour ses activités liées aux questions de la gestion des ressources naturelles, en appelle au gouvernement de la République pour mettre en œuvre des mesures immédiates pour sa sécurité, garantir son intégrité physique et son bien-être psychologique. L'ONG demande également au gouvernement de mener des enquêtes impartiales, effectives et transparentes pour faire la lumière sur les allégations susmentionnées, traduire en justice les auteurs présumés et condamner les responsables, dans le respect des normes internationales.

A l'Itie et les entreprises extractives opérant dans le pays, notamment Total et Chevron, siégeant à son conseil d'administration, PCQVP demande de dénoncer ces attaques ; d'engager un dialogue avec les autorités congolaises pour s'assurer que les mesures susmentionnées soient mises en œuvre de manière immédiate.

Fervent défenseur des droits humains, Jean Claude Katende milite depuis de très longues années pour la transparence et la bonne gouvernance des industries extractives, en sa qualité de coordonnateur national de de la coalition PCQVP-RDC et de président de l'Asadho. Il a, par ailleurs, siégé entre 2011 et 2016 au conseil d'administration de l'Itie comme représentant de la société civile.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.