25 Juin 2019

Congo-Kinshasa: Avec ou sans Katumbi - L'Envol s'interroge ...

A l'Envol, l'heure est à l'évaluation des alliances politiques. A mi-parcours de la tenue de son premier congrès ordinaire organisé du 18 au 20 mars 2018 à Nioki, dans la province du Mai-Ndombe, et dans la perspective de son deuxième congrès ordinaire prévu en 2021, son président national, Delly Sesanga, vient de convoquer ce parti politique membre de l'Ensemble et son bureau politique élargi sous forme de Convention du 9 au 12 juillet 2019 à Kinshasa.

Au cours d'un point de presse animé hier mardi 25 juin, le porte-parole de l'Envol, Nicolas Lenga, a fait savoir que dans le cadre de la préparation de cette Convention, les structures fédérales et les coordinations provinciales ont, au cours de ce premier semestre, procédé à l'évaluation de la situation générale du pays ainsi qu'à une radioscopie interne.

A cet effet, les structures fédérales et provinciales ont délibéré sur :

-Evaluation de mise en œuvre des résolutions du 1er congrès de Nioki du processus électoral de 2018 à fin mai 2019 et des alliances politiques ; préparation de la nouvelle feuille de route jusqu'à la tenue du deuxième congrès en 2021 ; recommandations à la direction du parti.

Le porte-parole de l'Envol a souligné que le bureau politique examinera ces différents rapports en vue d'adopter la feuille de route et le cadre du congrès de 2021.

L'Envol lèvera le voile sur sa nouvelle ligne politique après la tenue des élections locales en République Démocratique du Congo.

On rappelle que ce parti avait adhéré à l'Ensemble, plate-forme électorale née en Afrique du Sud, pour soutenir la candidature de Moise Katumbi à la présidentielle du 30 décembre 2018.

Après l'exclusion du ticket gagnant de l'Ensemble de la course à la présidentielle l'Envol, sous l'impulsion de son président, Delly Sesanga, avait levé l'option de battre campagne pour Félix Tshisekedi, après la cacophonie de la réunion de Genève conclue par la création de Lamuka et la désignation, dans des conditions fort opaques, du candidat commun de l'opposition à l'élection présidentielle.

Le choix du leader de l'Envol et secrétaire général de l'Ensemble en faveur de Félix Tshisekedi, rappelle-t-on, était en totale contradiction avec celui fait par Moise Katumbi, qui avait porté son dévolu sur Martin Fayulu.

Depuis lors, l'opinion se pose des questions sur l'avenir de l'alliance politique entre le président de l'Envol et l'ex-gouverneur de l'ancienne province du Katanga.

On se souvient que dans un communiqué rendu public en son temps par Delly sesanga et son autre allié politique, Claudel Lubaya, les deux personnalités avaient déclaré rester fidèles à la charte constitutive de l'Ensemble signée au pays de Mandela.

Avec 6 députés nationaux et provinciaux sortis des dernières élections législatives nationales et provinciales, indique-t-on, l'Envol n'entend pas disparaitre de la scène politique et se laisser avaler par l'Ensemble, version grand parti politique.

Congo-Kinshasa

L'OMS devrait évaluer à nouveau si Ebola est une urgence sanitaire mondiale

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) devrait convoquer prochainement son Comité d'urgence du… Plus »

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.