Congo-Kinshasa: Réinscription des anciens Chirurgiens-Dentistes au sein de l'Ordre national - L'ANCD s'y oppose et exige le respect de la procédure

L'Association nationale des Chirurgiens-Dentistes, ANCD en sigle, dont le Secrétaire Général est le docteur Alain Nyengele, a au cours d'un point de presse, organisé mardi 25 juin, à Kinshasa, exprimé son mécontentement vis-à-vis du Conseil national de l'Ordre des Chirurgiens-Dentistes.

A en croire l'ANCD, ledit Conseil ne pouvait point placer des conditions d'inscription au nouveau tableau pour les anciens Chirurgiens-Dentistes inscrit au tableau de l'ANCD, d'autant plus que cette dernière est une ASBL spécialisée et dotée d'une personnalité juridique, dont le Bureau actuel de l'Ordre est l'émanation.

Ainsi donc, le médecin dentiste Alain Nyengele, parlant au nom de l'Association nationale des Chirurgiens-Dentistes, pense que cette conditionnalité, obligeant aux anciens chirurgiens-Dentistes de payer les frais de confirmation pour faire partie du tableau de l'Ordre national est inacceptable, intolérable et ne reflète pas la dignité de l'Ordre, si ce n'est que sa "cupidité", dit-il, devant un parterre des journalistes. «Le Bureau du Conseil tente d'effacer la mémoire historique de la profession en obligeant les anciens de s'inscrire au nouveau tableau. Les Chirurgiens-Dentistes décédés seront ainsi effacés de l'histoire de la profession car, ils ne peuvent pas revenir s'inscrire sur le nouveau tableau», fait-il savoir. Et de renchérir : «Or, ceux-là ont écrit l'histoire de notre profession».

De ce fait, s'insurgeant contre cette mesure, l'ANCD, par le biais de son Secrétaire Général Alain Nyengele, n'a pas manqué de livrer quelques pistes des solutions. Elle exige l'arrêt de la perception des frais d'inscriptions de 150 USD, "fixés par le Bureau de façon cavalière sans l'aval d'un Conseil national de l'Ordre tel le stipule la Loi", fait-il savoir. Dans cette démarche, le Bureau de l'ANCD, faisant office de Bureau de l'Ordre, en appelle à l'installation des Conseils provinciaux, suivi du Conseil National afin de respecter la Loi. Ce dernier pourrait fixer les frais d'inscription et structurer le tableau de l'Ordre. Elle exige aussi la convocation de l'Assemblée Générale des Chirurgiens-Dentistes, au cours de laquelle seront débattu du devenir du patrimoine de l'ANCD, de gestion des actifs et passifs cumulés et autres biens. «A cette occasion, on arrêterait des dispositions particulières pour l'inscription ou la confirmation pour les anciens membres de l'ANCD ayant des numéros d'inscription au tableau de l'ANCD de justifier la perception de leurs contributions professionnelles qui continue jusqu'à ce jour», prévient l'ANCD.

D'emblée, il convient de noter que l'Association national des Chirurgiens-Dentistes a été créée depuis 1984, tandis que l'Ordre national des Chirurgiens-Dentistes, qui est émanation de l'ANCD, a été créée récemment en 2016.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.