Burkina Faso: Maladies pédiatriques liées à la saison pluvieuse - « Commencez par mettre les enfants à jour de leurs vaccins et suivez ces conseils »

Avec les pluies enregistrées dernièrement, on peut dire que la saison des pluies s'est installée au Burkina. Or cette période rime avec un certain nombre de maladies : aussi bien chez les enfants, les adultes que les vieilles personnes, il y a un lot de maladies à craindre comme la dengue, le paludisme, le choléra et la grippe.

Toutefois ces pathologies sévissent surtout chez les enfants, les plus vulnérables. C'est le moment donc de prendre un certain nombre de précautions, allant du simple respect de règles d'hygiène à la mise à jour des vaccins, pour les en protéger.

C'est, entre autres, les conseils que donne le Dr Kam Madibèlè, pédiatre au Centre hospitalier universitaire pédiatrique Charles de Gaulle que nous avons rencontré le mardi 25 juin 2019.

Mieux vaut prévenir que guérir, dit l'adage. C'est donc le moment de miser sur les mesures de prévention contre un certain nombre de maladies liées à la saison pluvieuse. Si ces maladies n'épargnent personne, les enfants y payent le plus lourd tribut.

C'est pourquoi il faut déjà avoir un œil sur les tout-petits pour éviter les complications. Selon le Dr Kam Madibèlè, il est à craindre chez les enfants 4 grands groupes de pathologies durant la saison pluvieuse. Il s'agit, a-t-il énuméré :

- Des maladies liées aux vecteurs comme le paludisme, qui fait énormément de ravages, et la dengue, apparue depuis quelques années et qui inquiète également beaucoup les populations ;

- Des maladies du péril fécal liées à la défécation dans la nature. Avec le ruissellement des eaux de pluie, a expliqué le Dr Kam, les eaux peuvent charrier les germes partout, causant un certain nombre de maladies : il s'agit essentiellement de la fièvre typhoïde, du choléra qui, heureusement depuis quelques années, n'a pas fait son apparition dans notre pays, des parasitoses intestinales ;

- Des allergies : Toujours selon le médecin des enfants, lorsque les gouttes de pluie tombent, il y a des éléments allergènes qui sont élevés dans la nature et provoquent des situations allergiques, notamment chez les personnes asthmatiques, lesquelles peuvent faire de nombreuses crises.

« Il y a en plus ce que nous appelons communément l'allergie saisonnière cutanée, mais ce cas ne devrait pas surprendre les parents, car beaucoup savent que pendant cette période leurs enfants développent de petites plaies aux bras et aux pieds.

Et cela est dû à l'apparition de petits insectes pendant la période pluvieuse dont le contact avec la peau peut être allergique », a-t-il ajouté ;

- De la grippe : elle est liée à l'humidité selon le Dr Kam. On se contamine surtout par les éternuements. Cette maladie, dira-t-il, est très contagieuse, car il suffit que dans une salle une personne atteinte éternue pour contaminer de nombreuses autres.

Ordonnance médicale

Si pour ce qui est de certaines maladies, la prévention passe par le respect simple de règles d'hygiène, il n'en demeure pas moins que pour d'autres il en faut plus : c'est le cas par exemple de la grippe dont la prévention est un peu difficile. Selon notre pédiatre en effet, les germes de la grippe sont dans la nature et il y a beaucoup d'adultes qui en sont porteurs, qui toussent ou éternuent.

Il faut éviter donc que les enfants soient dans des milieux clos et veiller à leur vaccination contre la grippe. « La vaccination après le PEV est assez limitée dans notre pays alors que le vaccin contre la grippe existe et donne de bons résultats.

L'idéal serait alors de vacciner les enfants avant que la saison s'installe. A partir de 6 mois déjà, les enfants peuvent recevoir le premier vaccin, prendre une seconde dose un mois après, puis des doses annuelles », a-t-il relevé avant de préciser que même les adultes devraient se faire vacciner contre la grippe qui fait une résurgence ces dernières années et peut provoquer des dommages importants comme la destruction des cellules des voies respiratoires.

Contre l'allergie, a prescrit le docteur Kam, les parents doivent savoir prendre des précautions. « Pour ce qui est de l'allergie saisonnière cutanée, il ne faut pas attendre avant de voir le médecin.

Il faut, dès le début de la saison des pluies, habiller les enfants de façon convenable en leur faisant porter des habits à manches longues, toujours des pantalons, cela pour éviter le contact avec les insectes ».

En ce qui concerne l'asthme, il faut garder les enfants dans des milieux aérés et avoir à portée de main les médicaments nécessaires pour ouvrir les bronches quand elles sont bouchées et lever la crise le plus tôt.

Quant aux maladies liées aux vecteurs, à savoir le paludisme et la dengue, provoquées par des moustiques, la prévention est aussi individuelle que collective.

Sur le plan individuel, les enfants devront dormir sous des moustiquaires imprégnées et utiliser des répulsifs de moustiques. Chaque ménage devrait aussi assainir son cadre de vie, notamment par la destruction de tout ce qui peut être gîte larvaire comme les bidons, les pots usagers et les calebasses cassées.

« J'aimerais d'ailleurs attirer l'attention de la population sur le fait que devant toute situation de fièvre il faut consulter et éviter l'automédication. Dans le cas de la dengue, il faut éviter la prise de médicaments comme l'ibuprofène et l'aspirine, qui vont aggraver la maladie. Il faut donc consulter face à toute situation de fièvre.

Après la protection individuelle, vient celle collective avec l'intervention des mairies : « Nos maires doivent prendre la situation très au sérieux en détruisant les nids de moustiques qui pullulent dans les quartiers.

Des pays comme l'Algérie sont parvenus à éradiquer le paludisme par des politiques comme l'assainissement du milieu. Il appartient donc à nos communes de prendre la question à bras le corps sinon on va continuer à enregistrer chaque année des milliers de décès liés à cette maladie.

Si on arrivait à détruire, ne serait-ce que les pneus usagers dans nos communes, la lutte serait gagnée en grande partie », a lancé le docteur.

Quant aux maladies du péril fécal, a poursuivi le médecin, la prévention passe par l'hygiène. « Tout ce que nous devons manger doit être lavé au savon, et nous devons nous laver les mains avant chaque repas, bien couvrir les repas, car les grosses mouches qu'on voit actuellement transportent énormément de germes.

Certaines pathologies, comme la fièvre typhoïde, peuvent également être prévenues par la vaccination. Le vaccin protège d'ailleurs durant une période de 3 ans, même dans les cas compliqués », a-t-il indiqué avant d'inviter les populations à se vacciner également contre cette pathologie.

La lutte contre le choléra et les parasitoses, a aussi relevé le Dr Kam, passe également par la prévention.

Concernant les parasitoses, il faut procéder à un déparasitage tous les 6 mois. « Ainsi cela permet de détruire les parasites que les enfants contractent à travers leur alimentation, de prévenir les anémies et les douleurs intestinales », a-t-il expliqué.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.