Ile Maurice: Incident au shelter La Colombe - Les images des caméras révèlent que l'enfant était agressif

«L'enfant souhaitait aller à la plage. Mais devant le refus de la Shelter Manager, il a perdu contrôle.» Après un mois d'enquête initiée par l'Ombudperson for Children sur le cas d'agression alléguée, survenue le 9 mai, sur un pensionnaire de dix ans au shelter La Colombe, Rita Venkatasawmy annonça qu'il n'y a eu aucune preuve que la Shelter Manager ait agressé cet enfant. L'Ombudperson for Children a communiqué le contenu du rapport ce mardi 25 juin.

Rita Venkatasawmy a expliqué que l'enfant a été victime d'abus dès son plus jeune âge et serait troublé mentalement. Les personnes en charge de l'enquête ont visionné les bandes des caméras de surveillance du jour de l'agression et ont constaté que c'était en vérité l'enfant qui était agressif envers la Shelter Manager et non l'inverse. «De plus, nous ne pouvions pas nous fier au témoignage de l'enfant, vue de ses problèmes de santé mentale. Les propos des autres pensionnaires ne pouvaient être pris en considération non plus, car ils ont changé de version quelques semaines plus tard.»

L'avenir de l'abri est, lui, entre les mains du National Children's Council. Toutefois, Rita Venkatasawmy précise que le shelter ne fermera pas ses portes. Les pensionnaires ainsi que le personnel ont été transférés dans un autre bâtiment.

Néanmoins suite à cet incident, l'Ombudperson for Children a constaté l'abri La Colombe n'est pas thérapeutiquement structuré pour accueillir des enfants en difficulté. «Le shelter est un joli bâtiment près de la mer, mais les conditions ne sont pas propices à la réhabilitation des pensionnaires», explique Rita Venkatasawmy. Quelques drains bouchés et un mauvais aménagement de la salle de bain porteraient préjudice à ce lieu. «La formation des gens qui travaillent à La Colombe laisse à désirer.»

Elle a aussi commenté la mesure budgétaire sur les familles d'accueil. «Je suis ravie de cette mesure. Je demande que les bébés soient placés dans des foster cares. Un bébé ne peut pas grandir dans un refuge, c'est compréhensible qu'ils deviennent agressifs une fois grands. La place d'un enfant est au sein d'une famille. Un enfant a besoin d'être choyé et il doit créer un lien fusionnel avec l'adulte qui s'occupe de lui.»

Rita Venkatasawmy souhaite également que les pensionnaires pratiquent une activité sportive afin qu'ils puissent vivre comme tout enfant et dépenser leur énergie débordante.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.