25 Juin 2019

Centrafrique: Les évêques dénoncent «l'hypocrisie» des accords de paix

Cinq mois après la signature de l'accord de Khartoum, les évêques centrafricains dénoncent dans un communiqué « l'hypocrisie » des accords de paix signés depuis le début de la crise dans le pays, en 2013. Ainsi que la poursuite des exactions par les groupes armés.

Les évêques catholiques de Centrafrique poussent un cri de colère. « Le peuple est fatigué par l'hypocrisie qui caractérise la signature des différents accords qui ont eu lieu dans ce pays », signalent les évêques dans ce communiqué.

Ils dénoncent les violations de l'accord de paix de Khartoum, signé le 6 février dernier entre le gouvernement et quatorze groupes armés, le huitième depuis l'éclatement de la crise en Centrafrique en 2013.

Il y a quelques jours, le chef de la Mission de l'ONU en Centrafrique rapportait devant le Conseil de sécurité de l'ONU que 50 à 70 violations de l'accord de paix avaient lieu chaque semaine.

Face à cette situation, les évêques réclament au gouvernement « le retour sans condition de l'autorité de l'État sur toute l'étendue du territoire centrafricain », alors que 80% du territoire est toujours sous le contrôle des groupes armés, malgré cet accord censé ramener la stabilité dans le pays.

Les évêques rappellent dans leur déclaration les derniers massacres commis en Centrafrique. Ils demandent le jugement des auteurs de ces crimes. En mai dernier, ce sont 50 civils qui ont été tués par les 3R, un des groupes signataires de l'accord de Khartoum.

Enfin, pour les évêques, la communauté internationale ne doit « pas permettre que les engagements pour le respect concret et effectif de l'accord de Khartoum deviennent de simples engagements verbaux ».

■ Un accord critiqué de toutes parts

Thierry Vircoulon, chercheur associé à l'Institut français des Relations internationales (IFRI), spécialiste de l'Afrique centrale, est très pessimiste sur l'avenir de l'accord de Khartoum.

Ces critiques sont dues au fait que l'accord de Khartoum et qu'il n'est pour le moment pas réellement appliqué.

Thierry Vircoulon, chercheur associé à l'Institut français des relations internationales (IFRI), spécialiste de l'Afrique centrale

Centrafrique

Un groupe armé a tué 46 civils

Des combattants du groupe armé Retour, Réclamation et Réhabilitation, ou 3R, ont tué au… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.