Sénégal: 27% des enfants ne sont pas enregistrés à l'état-civil (Niokhobaye Diouf)

Saint-Louis — Le directeur de la protection des droits de l'enfant a indiqué, mardi, à Saint-Louis, que 27% des enfants n'étaient pas enregistrés à l'état-civil.

"27% des enfants ne sont pas enregistrés à l'état-civil, ce qui fait que sur le plan juridique, ils n'existent pas et cela est une violation des droits des enfants", a dit Niokhobaye Diouf au cours d'une rencontre sur la stratégie nationale de protection de l'enfant (SNPE), sous l'égide de CARITAS-Sénégal.

Le thème de l'échange était : "La protection de l'enfant au Sénégal : défis et perspectives six ans après la validation de la SNPE".

"On voit des enfants inscrits en classe, jusqu'en CM2, dépourvus d'extraits de naissance", a-t-il souligné, ajoutant que ces élèves risquent de ne pas pouvoir pas leurs examens, ce qui est "une violation flagrante de leur droit à l'éducation".

Selon lui, l'Etat est en train de régler cette problématique grâce à la mise en œuvre d'un projet de modernisation de l'état-civil et l'implantation de carnets au niveau local pour "l'enregistrement de l'enfant dès sa naissance".

"On ne peut pas concevoir un enfant qui fait sa scolarité et au moment de passer son examen, on lui refuse ce droit par manque d'état-civil (... )", a-t-il dit. Pour le directeur de la protection des droits de l'enfant, il faut aussi rapprocher les services de l'état-civil des populations.

Il a souligné la nécessité d'impliquer les chefs de village, de quartiers et les autorités dans la réponse au problème de l'état-civil.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.