25 Juin 2019

Algérie: La préservation de l'unité nationale, revendication phare marches estudiantines

Photo: Algérie Presse
Dans l'Ouest du pays, les étudiants de plusieurs universités ont réaffirmé lors de marches pacifiques hebdomadaires leur implication dans le mouvement populaire et leur adhésion aux revendications du Hirak portant sur "un changement profond du système et le départ de tous ses symboles".

- Les étudiants ont essentiellement appelé lors du 18eme mardi de marches pacifiques, à la préservation de l'unité nationale, exigeant "le départ des symboles du système", "un changement profond du système" et "l'établissement d'un nouveau gouvernement sur une base démocratique solide", trois revendications phares du mouvement populaire Hirak lancé le 22 février dernier, ont constaté des journalistes de l'APS.

Les marches, qui se sont déroulées dans le calme et n'ont connu aucun dépassement jusqu'au dispersement des étudiants au terme de leur mobilisation, ont vu dans plusieurs wilayas une participation moins importante que celles observées depuis le début du mouvement estudiantin, expliquée par la tenue des examens de fin d'année dans certains établissements, mais aussi par des chaleurs caniculaires dépassant les 48 degrés Celsius observées ces dernières 48 heures dans certaines régions du pays.

Dans l'Ouest du pays, quelque dizaines d'étudiants, à Oran et Tlemcen notamment, ont revendiqué "le départ du système et de ses symboles", "le règlement de la crise politique actuelle par le dialogue" et "l'intensification de la lutte contre la corruption".

A Oran, les étudiants, rejoints par des enseignants et des citoyens, ont traversé le centre-ville pour se regrouper devant le siège de la wilaya brandissant l'emblème national et scandant des slogans appelant à la défense de l'unité nationale.

A Tlemcen, les jeunes manifestants sont également sortis dans la rue pour appuyer les revendications du mouvement populaire, scandant des slogans appelant à la préservation de l'unité nationale, à la cohésion des rangs des Algériens, à l'indépendance de la justice et à la libération des jeunes manifestants arrêtés lors de la marche de vendredi dernier.

Dans l'Est du pays, des centaines d'étudiants des universités de Constantine et Sétif ont marché pour réaffirmer leur attachement à leurs revendications relatives à un "changement radical de système" et la "poursuite de la lutte contre la corruption", réclamant "un dialogue sous l'égide de personnalités consensuelles", "le départ des 3 B" (Bensaleh, Bouchouareb et Bedoui) et "l'activation des articles 7 et 8 de la constitution" qui affirment que le peuple est source du pouvoir.

Dénonçant "les tentatives d'atteinte à l'unité nationale", ils ont clamé une "lutte sans-merci contre la corruption" et "la poursuite de la lutte contre les responsables impliqués dans des opérations de dilapidation des deniers publics".

Dans le centre du pays, à Bouira plus précisément, près de 500 étudiants ont marché pour réclamer la libération des jeunes arrêtés vendredi dernier à Alger, ainsi que pour réitérer les revendications du Hirak populaire appelant à un changement politique radical dans le pays.

Les jeunes manifestants ont porté des banderoles et des écriteaux sur lesquels étaient écrits : "Libérez les détenus de la liberté", "Système dégage", "Le peuple veut qu'ils partent tous", "Il n y'a pas de dialogue avec El Issaba".

Par ailleurs, des dizaines de citoyens des communes de Haizer et de Taghzout (Est de Bouira) ont organisé une marche pour exiger la libération des manifestants originaires de Haizer arrêtés à Alger. Les manifestants ont observé un nouveau sit-in devant la Cour de justice de la ville de Bouira.

Algérie

Assassinat de Mamoudou Bolaro Barry - Un sit-in projeté devant l'ambassade de France en Guinée

Les protestations et indignations se multiplient après l'assassinat de Mamoudou Bolaro Barry dans la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.