Sénégal: Saint-Louis - La Caritas diocèsaine «dote» 5700 enfants d'une piéce d'etat civil

Le Conseil départemental de Saint-Louis a abrité hier, mardi 25 juin, un panel sur le thème "la Protection de l'Enfant au Sénégal : défis et perspectives six ans après la validation de la Snpe». C'était à l'initiative de l'ONG Caritas Saint-Louis en collaboration avec Caritas Espagne.

Une occasion saisie par la représentante résidente de cette structure au Sénégal pour magnifier le travail abattu par cette dernière sur la problématique de l'Etat civil au niveau du Département de Saint-Louis où plus de 5700 enfants ont pu avoir leurs pièces d'Etat civil.

Contribuer au renforcement de l'efficacité de la Stratégie nationale de protection de l'Enfant (Snpe) et du système de protection de l'Enfant au Sénégal, c'est l'objectif principal visé à travers ce panel organisé hier, mardi 25 juin, par la Caritas Diocésaine de Saint-Louis.

Ses responsables ont échangé avec les parties prenantes sur l'impact de la Snpe en vue d'en identifier les déterminants de la vulnérabilité des enfants dans le département de Saint-Louis. La finalité, c'est de pouvoir formuler ensuite des recommandations innovantes pour un meilleur système toujours dans ce département.

Magnifiant ainsi la collaboration entre Caritas Saint-Louis et Caritas Espagne, la représentante résidente au Sénégal en a profité pour se féliciter du travail abattu par la Caritas dans la résolution de la problématique de l'Etat civil au niveau du département de Saint-Louis.

"Caritas Espagne est très satisfait de la collaboration et du partenariat avec Caritas Saint-Louis. Ils ont fait un excellent travail grâce auquel aujourd'hui il y a plus de 5700 enfants dans le département de Saint-Louis qui ont eu leurs pièces d'Etat civil.

Et aussi des milliers de personnes (parents et autorités locales) qui ont été sensibilisés et formés pour réduire l'impact négatif de cette problématique dans la zone Nord du pays", a soutenu Solédad Gutierrez, Représentante résidente de Caritas Espagne au Sénégal.

Le sentiment est aussi partagé par le Directeur de Caritas Saint-Louis, Alex Ismaél Tendeng qui est revenu sur cette question perplexe qu'est l'Etat civil. " Un satisfecit général parce que Caritas Espagne n'a aménagé aucun effort pour accompagner les populations vulnérables dans une des préoccupations fondamentales, à savoir l'Etat civil.

En effet, Caritas Saint-Louis a commencé la question de la protection de l'enfance en 1989, à travers l'un de ses programmes dénommé Claire Enfance. Lequel programme est en train aujourd'hui de continuer à travers de multiples et différents projets", s'est réjoui le responsable de Caritas Saint-Louis.

Toutefois, l'avocat à la Cour et spécialiste en protection de l'Enfant, Me Issa Diaw, par ailleurs maire de la commune de Mpal, d'estimer que les droits de l'enfant ne sont pas suffisamment protégés au Sénégal du fait de la non-mise en œuvre des standards internationaux.

"C'est mon point de vue en tant qu'avocat. Mais en tant maire de commune bénéficiaire des prestations de nos partenaires, je dois me féliciter de cette collaboration avec Caritas Saint-Louis et Caritas Espagne au niveau de la commune de Mpal", a souligné Me Issa Diaw.

Ces efforts de Caritas furent également magnifiés par le Directeur de la Protection des droits des enfants au ministère de la Femme, de la famille, du genre et de la protection des enfants. Niokhobaye Diouf d'apprécier les réalisations dans le domaine de l'Etat civil tout en mettant l'accent sur les contraintes et les défis qui s'opposent à eux.

Selon lui, l'action de Caritas vient renforcer la politique de l'État par rapport à la mise en œuvre de la stratégie nationale de protection de l'Enfant.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.