Mauritanie: Les propos d'un ministre sur «la main de l'étranger» inquiètent

Photo: DW
Photo d'une rue en Mauritanie

Le ton est monté, ce 25 juin, en Mauritanie, où les permanences des quatre candidats de l'opposition, qui contestent la victoire du général Mohammed Ould Ghazouani à la présidentielle, ont été mises sous scellé par la police.

Ce 25 juin dans la soirée, l'actuel chef de l'État mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a convoqué un conseil de sécurité. De son côté, le ministre de l'Intérieur donnait une conférence de presse au cours de laquelle il a évoqué une main étrangère venue des pays voisins.

Le ministre des Affaires étrangères mauritanien a ensuite précisé la pensée du gouvernement. Il vise le Sénégal, la Gambie et le Mali. Cette déclaration a semé le trouble parmi les diasporas des pays concernés.

Les différentes délégations des diasporas concernées ont rendez-vous avec leurs ambassadeurs. Du côté des Sénégalais, on affirme que ce sont des accusations infondées de la part de l'exécutif mauritanien et l'on craint pour les membres de la communauté.

Dans certains quartiers populaires, comme le 5e arrondissement de Nouakchott, de nombreux témoignages font état de rafles de la part des forces de l'ordre. Le ministre de l'Intérieur a d'ailleurs annoncé qu'une centaine d'étrangers avaient été interpellés.

Dans la capitale mauritanienne, l'ambiance est assez anxiogène. Internet est totalement coupé depuis maintenant près de vingt-quatre heures.

Dans les quartiers populaires, comme dans certains îlots du centre-ville, on peut voir de nombreux véhicules de police et de l'armée surmontés de mitrailleuses lourdes et de militaires barrant l'accès de certaines zones.

Les quatre candidats, qui rejettent les résultats du scrutin, tiennent actuellement une conférence de presse.

Ils devraient se prononcer sur la tenue ou non de la marche prévue ce 27 juin. Elle n'a pas été autorisée par le ministère de l'Intérieur qui affirmait hier que toute manifestation illégale serait réprimée.

Samba Thiam arrêté

Lors de cette conférence de presse, le sort de Samba Thiam devrait également être évoqué. Le président des Forces progressistes pour changement (FPC), l'un des principaux soutiens du candidat Kane Hamidou Baba, a été arrêté hier, dans la nuit, sans plus de précisions.

« Hier soir, les policiers sont venus pour prendre notre président Samba Thiam, raconte Kaaw Touré, le porte-parole du FPC.

Ils n'ont rien dit. Ils sont venus en civil et après ils lui ont dit de les suivre. Ils ont perquisitionné sa maison. Ils ont pris beaucoup de documents et ils l'ont emmené pour une destination inconnue. Depuis hier, on ne sait pas où il est ».

« Il a été brutalisé et après ils l'ont emmené par la force, explique-t-il encore. Ils sont dans une logique d'affrontement. Ensuite, on signale des arrestations d'autres jeunes, aussi, et même beaucoup de rafles en direction de jeunes étrangers ouest-africains ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.