Congo-Brazzaville: Académie militaire - Plusieurs dizaines de cadres supérieurs formés par l'Ecole de génie travaux

Le ministre de la Défense nationale, Charles Richard Mondjo, et son homologue des Zones économiques spéciales, Gilbert Mokoki, ont assisté, le 25 juin à Brazzaville, à la séance de clôture de l'année académique et de la première session du stage de perfectionnement des officiers subalternes (CPOS) génie travaux.

Le cours de perfectionnement des officiers subalternes, organisé par l'Ecole de génie travaux (EGT) à vocation régionale, a permis de former vingt-six personnes ainsi que seize autres pour le stage d'application de génie travaux.

En provenance du Gabon, du Bénin, de la Centrafrique, de Madagascar, du Niger, du Mali, du Burkina-Faso, de la Côte d'Ivoire, du Togo, du Sénégal et du Congo, ces stagiaires et les vingt-cinq autres civils venus du ministère des Zones économiques spéciales, ont été formés dans les métiers de la maçonnerie, la menuiserie, la plomberie, la métallerie, l'électricité, la filière eau, le laboratoire du sol, l'énergie et la conduite des engins.

Expérimentée depuis dix années, l'EGT a encore d'importantes charges pour renforcer la qualité des formations annuelles. Il s'agit, entre autres, des équipements, des pensions, du soutien des formateurs, de l'entretien, du renouvellement et de l'acquisition de manuels pédagogiques indispensables aux enseignants et à la pratique pour les apprenants.

Le directeur général de cette école, le colonel Patrick Immath Mouyoki, s'est réjoui de l'apport des partenaires locaux ainsi que de la France.« Tout récemment, les gouvernements français et congolais ont renouvelé la convention de partenariat qui permet le fonctionnement du projet pour les prochaines années. Il y a deux semaines, l'école de génie travaux et l'école du génie d'Angers ont signé une autre convention de partenariat. L'engagement de la France assure la caution internationale de l'école et se traduit par la prise en compte des charges importantes de fonctionnement de l'école », a-t-il déclaré.

Le ministre des Zones économiques spéciales, Gilbert Mokoki, a expliqué à la presse les attentes pour les vingt-cinq stagiaires dans le département dont il a la charge. « Nous allons bientôt commencer la phase de concrétisation des zones économiques spéciales, notamment à Pointe-Noire. Nous construisons cette zone avec la collaboration de la partie chinoise. Dans le protocole d'accord signé avec ces derniers, une clause prévoit que le développeur doit employer les ressources humaines locales. En prévision de l'ouverture de ces chantiers, le ministère a préparé ces ressources congolaises. C'est pour cela que nous avons anticipé la formation sur la conduite des engins lourds », a-t-il laissé entendre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.