Angola: Le pays juge 20 cas de traite d'êtres humains

Luanda — Vingt affaires de traite d'êtres humains ont été jugées au cours du premier trimestre de cette année en Angola, a annoncé mardi à Luanda le sous-procureur général de la République auprès du Service de Migration et Etrangers (SME), Astergido Culolo.

Le procureur parlait à la presse après avoir donné une conférence sur "La traite d'êtres humains en Angola" durant un séminaire promu par le ministère de la Justice et des Droits de l'homme et destiné à la Police nationale.

Le sous-procureur général a indiqué que ce sont les provinces de Cunene, Zaire et Lunda Norte qui dominent les statistiques sur les cas, car ce sont des régions frontalières.

Le magistrat du Ministère Public a affirmé que la principale préoccupation avait trait aux mouvements d'enfants à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, car beaucoup ne respectent pas les lois en vigueur.

Entre 2016 et 2018, le pays a enregistré 33 cas de traite d'êtres humains, qui ont abouti à l'arrestation 56 personnes impliquées, parmi les nationaux et les étrangers, et une centaine de victimes sauvées, dont 31 femmes et 69 enfants.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.