Burkina Faso: Inauguration route Dédougou/Tougan - Voie dégagée vers le grenier du Burkina

La route nationale n°10, Dédougou-Tougan, longue de 91 km, a été inaugurée hier mercredi 26 juin 2019 dans la capitale du Sourou par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Financé par la Banque islamique de développement (BID), le bitumage de cet axe participe au désenclavement de la région de la Boucle du Mouhoun, considérée comme le grenier du Burkina, mais qui en matière de routes est toujours pourtant à l'âge de la terre rouge.

Comme il fallait s'y attendre, la parenté à plaisanterie s'est longuement invitée à l'ouverture officielle à la circulation de la RN10 qui marque le début de « l'action civilisatrice des Mossis en pays san », pour emprunter le vocable du chef de l'Etat devant le chef du canton de Tougan à qui il a rendu visite avant le début de la cérémonie.

C'est un retour aux sources pour Roch Marc Christian Kaboré qui a effectué à Tougan ses études primaires à une époque où son père, Charles Bila, y était en tant que commandant de cercle. L'écolier devenu président du Faso a eu droit à un bain de foule sur la route qui le menait au chef-lieu de la province du Sourou et à un autre à son arrivée sur l'aire de la cérémonie.

Pour traduire leurs remerciements à leur bienfaiteur, les populations du Sourou-Nayala, par l'entremise de leur représentant, Moussa Sanogo, affirmant parler comme leurs esclaves mossis dont la maîtrise de la langue de Molière serait approximative, dira « merci nombreux », pour « merci beaucoup ».

Le traducteur des discours en langue mooré, l'inénarrable Paul Gasbeogo, ne tardera pas à donner la réplique : « Ils disent que vous ne parlez pas bien le français, mais vous leur avez quand même offert une route ».Assurant au passage que les Samos n'ont pas fermé l'œil de la nuit, emportés par l'allégresse d'obtenir une infrastructure de ce genre qui est étrange pour eux.

Même le ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, qui devait prononcer le solennel discours officiel d'inauguration de la nouvelle voie, y est allé de ses petites piques, invitant notamment les Samos à « ne pas confondre la route avec autre chose pour y étaler leurs nattes pour dormir ».

On l'aura compris, plus que la rupture d'un ruban symbolique, l'ouverture officielle au trafic de l'axe Dédougou-Tougan a été une fête, loin parfois du sérieux protocolaire et rythmée par l'alliance à plaisanterie et les prestations musicales de vedettes locales.

Dans les tribunes, où avait pris place une dizaine de membres du gouvernement et des personnalités diverses, on pouvait apercevoir d'illustres fils et filles de la région comme l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba, la Médiateur du Faso, Saran Sérémé, et Emile Paré, dit « Le chat noir du Nayala », tous venus être témoins de ce moment historique pour la Boucle du Mouhoun.

D'un coût global de plus de 29 milliards de francs CFA, les travaux, lancés officiellement le 31 mai 2016, ont été financés par la BID et exécutés par l'entreprise SOROUBAT. Côté caractéristiques techniques, la RN10 a une longueur de 91km.

Elle fait 8 m de large en traversée de grandes agglomérations en tricouche avec des accotements de 2x2 m en bicouche et 7 m de large en bicouche en section courante avec des accotements de 2x1,5m en bicouche.

Elle comporte deux péages et une station de pesage. Dans le cadre du projet, qui a permis de créer 700 emplois directs et 1500 autres indirects, 11 forages ont été réalisés au profit des populations.

Ce joyau routier, dont la qualité a été saluée par le président du Faso, réduit le temps du trajet entre Dédougou et Tougan, qui passe de 4 h à seulement 1h. Plus globalement, l'infrastructure désenclave un peu plus cette zone à fortes productions agricole et maraîchère, grâce notamment à la vallée du Sourou.

Elle entre dans le cadre d'un ensemble de projets routiers visant cet objectif. Parmi ces chantiers : Didyr-Toma-Tougan et Tougan-Ouahigouya. « C'est tout le Burkina qui est inondé de chantiers », a assuré Eric Bougouma.

Avant de quitter Tougan, Roch Marc Christian Kaboré a eu une rencontre avec les forces vives de la région.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.