26 Juin 2019

Congo-Kinshasa: L'OMS suspend ses activités contre Ebola à Béni

L'Organisation mondiale de la santé a dû suspendre ses activités à Beni par mesure de sécurité, après l'attaque d'une de ses équipes médicales.

Cette décision de l'OMS a surpris tout le monde dans la région. Elle a été la conséquence d'une nouvelle attaque, lundi dernier le 24 juin, durant laquelle un véhicule des équipes sanitaires a été incendié par des manifestants, sans faire de victimes.

Contacté par la DW, le docteur Michel Yao, coordonnateur de la riposte contre Ebola pour l'OMS dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, a parlé d'une "mesure préventive" pour assurer la sécurité des équipes sur le terrain

"Certaines équipes ont pu travailler mais pas toutes, en attendant qu'on ait des garanties de sécurité dans les communautés. Donc ce n'est pas un arrêt total mais c'est juste un retrait par mesure de sécurité."

Les autorités locales promettent plus de sensibilisation

Face à cette situation, le maire adjoint de la ville de Beni, Modeste Bakwanamaha, assure que les activités de l'OMS vont reprendre et qu'il ira à la rencontre de la population pour s'assurer qu'il n'y aura plus d'attaques contre les équipes médicales.

Deux quartiers de Beni sont concernés : Kalinda et Tamende, considérés aujourd'hui comme deux foyers d'Ebola et où certains jeunes s'en sont pris aux équipes médicales.

Modeste Bakwanamaha a ainsi annoncé qu'il allait se rendre sur le terrain ce jeudi 27 juin pour sensibiliser les populations les plus résistantes à l'action médicale :

"Ce sont des jeunes du quartier qui se sont organisé pour s'attaquer aux équipes de la riposte, voilà pourquoi demain nous irons rencontrer ces populations pour faire voir aux gens que ce n'est pas en brûlant des véhicules qu'on va brûler Ebola."

Beni veut rester exemplaire

Beni était jusqu'alors réputée pour faciliter la tâche du personnel médical et désormais, cette résistance préoccupe, d'où cet appel à la jeunesse du président de la société civile ville de Beni, Kizito Bin Hangi :

"La société civile de la ville de Beni est en train d'appeler la jeunesse et toutes les couches de la population à ne pas offrir de résistances aux équipes de la riposte sanitaire afin que l'épidémie d'Ebola ne persiste pas dans la région de Beni."

Beni enregistre aujourd'hui le plus grand nombre de cas confirmés d'Ebola, notamment après les attaques répétées des centres de traitement des malades dans la ville voisine de Butembo.

A ce jour, 1.522 personnes sont mortes d'Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, après la déclaration de cette épidémie dans la région en août 2018.

Congo-Kinshasa

Tensions au sein du mouvement pro-Kabila pour la présidence du Sénat

Parmi les candidats pour la présidence du Sénat, Bahati Lukwebo, membre de la coalition FCC. Celui-ci… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.