Burkina Faso: Grève des secrétaires - Pas de réception de courriers pendant trois jours

Le chapelet de grèves continue de s'égrener. Hier, 26 juin, c'était le tour du Syndicat national des secrétaires du Burkina (SYNASEB) de prendre d'assaut la Bourse du travail.

Ainsi, il a décrété un arrêt de travail de 72 heures pour obliger l'autorité à se pencher sur la situation de ces agents, à savoir reprendre les négociations sur la réorganisation de leur plan de carrière, l'amélioration de leurs conditions de travail, l'octroi d'un fonds de motivation et les indemnités vestimentaires et de tenue du secrétariat.

Maintenant, pas plus d'une semaine ne passe sans que des syndicats se fassent entendre. Les mouvements d'humeur sont donc devenus fréquents.

C'est presque devenu la norme. Ce 26 juin, deux syndicats se partageaient la cour de la Bourse du travail. Le Syndicat national des secrétaires du Burkina (SYNASEB) et le Syndicat national des administrateurs civils et des secrétaires administratifs du Burkina (SYNACSAB).

Pour le premier syndicat, à travers cet arrêt de service de trois jours, allant précisément du 26 au 28, il a invité le gouvernement à la réouverture des négociations qui avaient été suspendues depuis le 20 décembre 2017.

En effet, au cours de ces précédentes négociations, selon Bourama Ouattara, Secrétaire général dudit syndicat, les deux parties avaient convenu de la mise en place d'un comité qui devait élaborer un rapport.

Une fois l'élaboration dudit rapport terminée, il a été remis à qui de droit. Il comportait ainsi les conclusions qui devaient être prises en compte dans le processus d'élaboration du répertoire interministériel des métiers de l'Etat.

Ainsi, le 20 décembre 2017, le syndicat et le gouvernement devaient signer le protocole d'accord. Cependant, un jour avant cette date, précisément le 19 décembre, le SYNASEB a reçu une correspondance notifiant le report de la signature à une date ultérieure.

« Et deux ans après, toujours rien », s'est indigné le SG. Le syndicat accuse, à ce sujet, la nouvelle autorité à la tête du ministère de la Fonction publique qui, dit-il, a tourné dos au dialogue. Bourama Ouattara poursuit en déclarant que depuis l'arrivée du professeur Séni Ouédraogo, le 5 février 2018, les secrétaires n'ont plus été reçus. Pire, le ministre a rejeté tout ce qui avait été fait par son prédécesseur.

Que revendiquent donc les secrétaires ?

En effet, ceux dont la mission consiste, entre autres, à s'occuper du courrier demandent :

La réorganisation de leur plan de carrière ;

L'amélioration de leurs conditions de vie et de travail ;

Un fonds de motivation ;

L'octroi d'une indemnité de la tenue du secrétariat ;

Une indemnité vestimentaire.

A l'issue de ces 72 heures de grève, le SYNASEB promet de mener d'autres actions mais se réserve pour le moment de dévoiler sa stratégie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.