26 Juin 2019

Cote d'Ivoire: « Termitière des arts » (Katiola) - Zadi Zaourou, Kitia Touré, Ahmadou Kourouma... ressuscités

Situé au quartier commerce de Katiola, le centre culturel « Termitière des arts » fait la fierté de la ville.

La "Termitière des arts", est un centre culturel, créé en 2017, qui fait la promotion des arts, de la culture et de l'Homme.

Le promoteur, Bamoutaga Coulibaly, enseignant à la retraite, passionné d'art et de culture, Président du conseil d'administration (Pca) de l'Ong, "S.O.S Arts, culture et promotion de l'Homme", est à l'origine de la création de cet établissement.

« J'ai toujours été un passionné d'art. Lorsque j'ai intégré l'administration, j'étais le responsable de la bibliothèque de l'Iep (Inspection de l'enseignement primaire).

Quand j'ai débuté dans l'enseignement à Dabou, j'ai commencé par le théâtre. Je suis un metteur en scène. J'ai participé avec les écoles où j'ai enseigné à presque toutes les éditions de Vacances culture et de théâtre scolaire », raconte-t-il.

Avant de donner la motivation première qui l'a amené à créer son centre culturel. Il a révélé que l'idée de la création de cette maison de la culture a germé dans son esprit durant les crises militaro-politiques de la Côte d'Ivoire de 2002 à 2010.

« De même que le genre musical Coupé-décalé a été créé pour détendre l'atmosphère, l'idée m'est venue de mettre en place une structure qui puisse redonner vie à la culture à Katiola et ainsi permettre aux habitants de mieux supporter les affres de la guerre », explique Bamoutaga Coulibaly qui, en 2006, a lancé l'Association pour la promotion et la protection du patrimoine culturel.

Il s'est ensuivit une série de manifestations culturelles qui a permis à la population d'oublier, un tant soit peu, les durs moments qu'elle traversait.

Fort de l'impact positif de cette expérience, naît en 2007 l'Ong "S.O.S Arts, Culture et Promotion de l'Homme".

Dès lors, Bamoutaga Coulibaly est devenu le point focal de trois ministères à Katiola, à savoir la culture, l'artisanat et le tourisme, jusqu'à ce que le ministère ouvre une direction régionale de la culture et de la francophonie en 2014.

Pour Bamoutaga Coulibaly, le centre culturel est donc l'aboutissement d'un rêve. « Quand je me suis lancé dans cette aventure, j'étais dans un petit local de deux pièces.

Un jour, dans mes ballades, j'ai vu cet espace abandonné. J'ai approché les propriétaires qui n'ont pas hésité à me le céder », explique-t-il. Baptisé la "Termitière des arts", le centre culturel comprend différentes salles qui portent des noms d'illustres personnalités du monde de la culture.

La salle de spectacles a été baptisée du nom du célèbre universitaire, homme politique, écrivain et syndicaliste ivoirien "Bottey Zadi Zahourou" ; la salle de projection des films (l'écran) a pour nom "Kitia Touré" , la bibliothèque "Ahmadou Kourouma", l'espace consacré à la découverte des œuvres d'art "Pr Yacouba Konaté" , celui réservé aux expositions d'art, l'espace "Christian Lattier" et enfin, la grande salle qui regroupe toutes ces disciplines, elle, porte le nom de « Maurice Kouakou Bandaman », ministre de la Culture et de la francophonie.

«C'est avec mes maigres moyens que j'essaie de faire vivre ce centre. Je tiens à remercier, Bourlaye Traoré, directeur régional de la culture et de la francophonie qui m'a toujours accompagné dans mon aventure.

J'espère que d'autres âmes généreuses et des institutions privées ou étatiques vont m'accompagner pour le rayonnement de la culture dans toute la région du Hambol », plaide le fondateur du centre culturel qui accueille des élèves, des enseignants, des étudiants doctorants, des touristes etc.

Cote d'Ivoire

Affaire « Dernière volonté de Mel Eg Théodore » - « Tout ce qui est dit est faux et grossier, la dépouille va rentrer à Abidjan... »

Décédé le jeudi 11 juillet 2019, en Suisse l'ex-ministre d'Etat Mel Eg Théodore sera bel et… Plus »

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.