26 Juin 2019

Cote d'Ivoire: Université des droits de l'homme - Le CNDH lance la 2ème session du cycle II

La présidente du Conseil national des droits de l'homme (Cndh), Mme Namizata Sangaré, a procédé ce mercredi 26 juin 2019, au siège dudit conseil, à Abidjan-Cocody, les 2-Plateaux Vallons, au lancement de la 2ème session du cycle II de l'Université des droits de l'homme (Uddh).

Il s'agit d'une formation en droit international des droits de l'homme en direction des Organisation de la société civile, des enseignants, des magistrats, des avocats, des forces de défense et de sécurité, des guides religieux, des journalistes, des étudiants... Cette formation vise à faire de ces auditeurs, des défenseurs des droits de l'homme.

Avant le lancement officiel de cette formation sanctionnée par un certificat ou une attestation, les auditeurs de la première session ont reçu leurs parchemins.

Suivi de la conférence inaugurale de Me Sohoyata Maïga, présidente de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples (Cadhp). A cette occasion, elle a présenté le mandat, les défis et les perspectives de cette Commission.

Relever les défis émergents des droits de l'homme

Ce sont au total 70 auditeurs qui ont suivi la 1ère session qui a duré six (6) mois au cours desquels neuf (9) modules ont été dispensés en 50 heures.

« Lancée le 1er février 2018, l'Uddh a pour mission de promouvoir les droits de l'homme en renforçant les capacités des acteurs et de tous ceux qui sont intéressés par la thématique des Droits de l'Homme », a expliqué Mme Sangaré.

Pour la 2ème session du cycle, elle a souligné qu'un accent particulier sera mis sur les défis émergents en matière de droits de l'homme. Il s'agit du terrorisme, de la migration, des droits de l'homme et responsabilité sociétale des entreprises. Ainsi, le volume horaire passe de 50 à 74 heures.

L'Uddh va bénéficier pour ladite session, de l'expérience d'organisations internationales qui vont mettre à la disposition de cette université des experts de qualité.

La Fédération internationale des droits de l'homme, l'Avocat sans frontières, Amnesty Côte d'Ivoire et Human Rights Watch ont décidé d'accompagner cette 2ème session.

Accroître la communauté de défenseurs des droits de l'homme

A l'avenir, la présidente du Cndh a indiqué que sa structure envisage atteindre un plus grand nombre de personnes. Elle entend ainsi innover avec les cours en ligne.

Par ailleurs, 2020, l'année de la présidentielle ivoirienne, le Cndh veut organiser des sessions spécialisées de l'Uddh dont une, dira-t-elle, sera consacrée au thème: « Droits de l'homme et élections » pour coller à l'actualité. Le Conseil veut ainsi accroître la communauté de défenseurs des droits de l'homme.

L'Uddh, un modèle à promouvoir en Afrique

Se prononçant sur le thème: « la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples: Mandat, défis et perspectives », la présidente de ladite Commission, Me Sohoyata Maïga, a souligné que c'est la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples qui a créé la Cadhp.

L'article 30 de la charte stipule: « Il est créé auprès de l'Organisation de l'Unité Africaine une Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples ci-dessous dénommée "la Commission", chargée de promouvoir les droits de l'homme et des peuples et d'assurer leur protection en Afrique. »

Même si elle note des avancées dans la mission assignée à la Commission, elle a soutenu que beaucoup reste à faire. C'est d'ailleurs pourquoi, après avoir salué l'initiative de l'Uddh en Côte d'Ivoire, elle a souhaité que cela soit répandu dans les pays africains.

Cote d'Ivoire

Wilfried Zaha - Une offre rejetée par Crystal Palace pour l'Ivoirien

Arsenal aurait essuyé un refus de Crystal Palace après une grosse offre pour Wilfried Zaha. Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.