Afrique: L'ONU appelle à mettre fin aux inégalités entre les sexes au sein des familles

Si les droits des femmes ont progressé au cours des dernières décennies, les familles sont aussi un lieu où la violation des droits humains fondamentaux et les inégalités entre les sexes perdurent, selon un nouveau rapport d'ONU-Femmes publié mardi.

ONU Femmes/Ruth McDowall Les femmes du marché de Makola à Accra, au Ghana, bénéficient de services de garde d'enfants. (Décembre 2018)

« Nous constatons que des efforts concertés sont entrepris partout dans le monde pour nier l'action des femmes et leur droit de prendre leurs propres décisions, au nom de la protection des 'valeurs familiales'. Et pourtant, grâce aux recherches effectuées et aux informations probantes recueillies, nous savons qu'il n'existe aucune forme de famille 'standard' et qu'il n'y en a jamais eu », a déclaré Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d'ONU-Femmes, dans un communiqué de presse.

Selon elle, ce rapport intitulé Le progrès des femmes dans le monde 2019-2020 : les familles dans un monde en changement vise à contrecarrer cette opposition en montrant que les familles, dans toute leur diversité, peuvent être des promotrices cruciales de l'égalité des sexes, à condition que les décideurs mettent en œuvre des politiques fondées sur les conditions réelles dans lesquelles les personnes vivent aujourd'hui, avec les droits des femmes comme élément central.

Le rapport fait ressortir la diversité des familles qui existent à travers le monde et fournit des recommandations solides visant à garantir que les lois et les politiques soutiennent les familles d'aujourd'hui et répondent aux besoins de tous leurs membres, surtout des femmes et des filles.

Parmi les tendances qui ont été observées, certains éléments sont à retenir. Ainsi l'âge du mariage a augmenté dans toutes les régions, alors que les taux de natalité ont baissé et que les femmes bénéficient d'une autonomie économique accrue. Un peu plus d'un tiers des ménages est aussi constitué de couples avec des enfants, et les familles élargies sont presque aussi courantes (27%).

A noter aussi que la grande majorité des familles monoparentales, qui représentent 8% des ménages, sont gérées par des femmes. Elles concilient souvent un travail rémunéré, l'éducation des enfants et des travaux domestiques non rémunérés. Les familles avec des conjoints du même sexe sont de plus en plus visibles dans toutes les régions.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.