Afrique: Un petit pas pour le commerce équitable

Photo: CCILCI
Cacao
27 Juin 2019
guest column

L'annonce faite la semaine dernière par les gouvernements de Côte d'Ivoire et du Ghana de suspendre les ventes à terme de fèves de cacao pour 2020/21 jusqu'à nouvel ordre et d'exiger la mise en place d'un prix plancher de 2 600 USD par tonne métrique de fèves de cacao est révolutionnaire et est accueillie par tous ceux qui sont intéressés par une plus grande équité dans les échanges internationaux.

Leur décision a été annoncée après une réunion de deux jours (11-12 juin) entre parties prenantes sur le revenu des agriculteurs entre le Ghana et la Côte d’Ivoire à Accra. C'est la première fois que les producteurs se rencontrent pour déterminer le prix des fèves de cacao. Une réunion du comité technique se tiendra à Abidjan le 3 juillet pour élaborer les modalités.

Comme la plupart des autres matières premières et matériaux cultivés, extraits ou produits en Afrique, les prix sont toujours fixés en dehors de l'Afrique. Le commerce du cacao a lieu à la New York Mercantile Exchange (NYMEX) et à la Intercontinental Exchange (ICE) à Londres. Jusqu'à présent, les trois principales multinationales, la plus grande entreprise privée aux États-Unis en termes de chiffre d'affaires, Cargill, le groupe Suisse Barry Callebaut et le géant de l'agroalimentaire basé à Singapour, Olam International, influençaient et déterminaient le prix du cacao.

Les pays producteurs déclarent que leur décision de demander une augmentation des prix est destinée à leur permettre de fournir un salaire minimum vital aux agriculteurs et d’améliorer leur niveau de vie. Ils affirment que le revenu de l’agriculteur est très faible, en particulier si on le compare aux énormes profits réalisés par les négociants en cacao.

La culture du cacao en Afrique a été synonyme d'extrême pauvreté. Le cacao a eu un impact minimal sur la vie des personnes qui le cultivent et a entraîné une déforestation importante. Bien que les agriculteurs de la Côte d’Ivoire et du Ghana produisent ensemble plus de 60% du cacao mondial, une étude Fairtrade d’avril 2018 a montré que 58% des ménages producteurs de cacao certifiés Fairtrade en Côte d’Ivoire avaient des revenus inférieurs au seuil de pauvreté extrême.

Les deux pays produisent environ trois millions de tonnes de fèves de cacao, mais les recettes tirées de la vente de cacao ne représentent pas 6 milliards de dollars. Selon Etelle Higonnet de The Mighty Earth, une organisation de campagne mondiale qui œuvre pour la protection de l’environnement, « (L) la majorité des producteurs de cacao gagnent moins d’un dollar par jour. Avec la part du lion des avantages, il est grand temps que les détaillants assument la responsabilité des violations des droits de l'homme et des atteintes à l'environnement commises dans le cacao qu'ils vendent. » Selon Higonnet, la plupart des producteurs de cacao se demandent s'ils ont les moyens de mettre un repas sur la table pour leurs familles.

La pauvreté des agriculteurs ne s’est aggravée que ces trois dernières années. Selon des chercheurs de l'Université de Tulane, environ 2,1 million d'enfants travaillent dans le cacao, dont 96% sont exposés à des travaux dangereux. Selon Higonnet, «je peux accepter que certains parents doués aient un faible pour les friandises de leurs enfants, mais je ne peux pas accepter qu'une industrie de 100 milliards de dollars par an soit en train de voler les agriculteurs qu’elle asservit dans des conditions inacceptables pour qu’ils lui fournisse des matières premières. "

Selon le Financial Times, « l'industrie qui fournit près de 7% du PIB du Ghana et environ un quart de ses recettes d'exportation ne permet pas à la plupart de ses 800 000 agriculteurs de vivre sans les subventions gouvernementales et l'aide d'organisations non gouvernementales. Beaucoup vivent dans la pauvreté et n'ont pas accès à des services tels que les soins de santé et l'éducation. Ils sont souvent obligés d’utiliser leurs enfants comme ouvriers. »

La Fairtrade Foundation, une organisation caritative basée au Royaume-Uni qui œuvre pour autonomiser les producteurs défavorisés des pays en développement en luttant contre l’injustice dans le commerce conventionnel, a salué la décision prise par la Côte d’Ivoire et le Ghana. "Nous croyons au partage plus équitable des avantages du commerce et nous saluons cette initiative des gouvernements visant à augmenter les revenus des producteurs de cacao", a déclaré Jon Walker, conseiller principal pour le cacao chez Fairtrade International. « Nous collaborerons activement avec les organismes de réglementation du cacao dans chaque pays pour comprendre comment la structure Fairtrade, y compris notre prix minimum, s’intégrera dans leur plan. »

L'année dernière, Fairtrade International a annoncé qu'à partir du 1er octobre 2019, le prix minimum Fairtrade pour le cacao conventionnel augmenterait de 20%, pour atteindre 2 400 USD par tonne métrique, avec des augmentations supplémentaires pour le cacao biologique. La prime Fairtrade pour les producteurs de cacao et leurs coopératives augmentera également de 20%, pour atteindre 240 dollars par tonne. Fairtrade applique une norme de certification visant à garantir que les ménages de plusieurs secteurs, dont le cacao, le café et le coton, gagnent suffisamment pour « assurer un niveau de vie décent à tous les membres du ménage » et améliorer leurs moyens de subsistance.

Les efforts déployés conjointement par les pays producteurs des deux pays pour augmenter le prix afin d'obtenir "une compensation décente" des efforts des travailleurs conformément à la Déclaration d'Abidjan de mars 2018 sont louables. Cependant, il est nécessaire de veiller à ce que les agriculteurs soient les bénéficiaires ultimes de la hausse des prix, si cela se concrétise. Lorsque la mise en œuvre d'un prix plancher est définie, les agriculteurs doivent être les bénéficiaires ultimes - et non les intermédiaires ou les autorités. Les agriculteurs ont besoin non seulement d’un prix plancher, mais également d’une augmentation des investissements du secteur public dans les transports, la logistique et les infrastructures liées au commerce, d’une aide au développement pour les communautés agricoles, d’un meilleur accès à l’éducation et à la santé et de la transparence des services publics. Surtout, les agriculteurs doivent être consultés équitablement, de manière transparente et respectueuse.

Les deux principaux producteurs de cacao font face à un défi de taille. Les acheteurs peuvent appeler leur bluff et refuser d'acheter leurs fèves de cacao à ce prix. Ils peuvent se tourner vers d'autres producteurs d'Amérique du Sud, tels que le Brésil, l'Équateur et le Mexique, pour acheter du cacao à un prix inférieur.

Que les augmentations actuelles des prix se matérialisent ou non, il est clair que le Ghana et la Côte d’Ivoire sont résolus à créer un cartel analogue à celui de l’OPEP qui leur donnera plus de pouvoirs pour déterminer le prix du cacao. Ce ne devrait pas être seulement aux acheteurs de fixer les prix. Les prix inéquitables ont laissé de nombreuses familles d'agriculteurs aux prises avec des difficultés financières : scolarisation de leurs enfants, traitement médical en cas de maladie et même accès à de l'eau salubre. Il est regrettable que les producteurs de cacao, dont la vie est en jeu, n’aient pas été dûment impliqués lors des délibérations à Accra. Il est très important que les gouvernements du Ghana et de la Côte d’Ivoire, ainsi que les agences d’aide, veillent à ce que la suspension des ventes de cacao n’affecte pas la vie de millions de cultivateurs de cacao (en attendant que l’industrie accepte les demandes des pays producteurs). Personne ne veut que les agriculteurs aient faim, ni que l’industrie puisse utiliser la misère des agriculteurs pour les prendre en otage lors de négociations sur un prix plancher.

Il sera également essentiel de veiller à ce que la hausse des prix n’encourage pas la reconversion des terres forestières pour la production de cacao par les petits exploitants. La Côte d’Ivoire et le Ghana ont déjà perdu plus de 90% de leurs forêts et ces deux pays ont remporté la Coupe du monde de la déforestation en 2018, avec les deux taux les plus élevés de déforestation accrue dans le monde. Les petites forêts qui restent doivent être protégées avec vigilance pour les générations futures.

L’Afrique ne pourra jamais atteindre les objectifs de développement durable (ODD) sans l’éradication de la pauvreté et de la marginalisation profondément enracinées dans ce continent. Le commerce équitable est basé sur le dialogue, la transparence et le respect, et vise une plus grande équité dans le commerce international. Il s’agit de « meilleurs prix, de conditions de travail décentes, de la durabilité locale et des termes de l’échange équitables pour les agriculteurs et les travailleurs des pays en développement ». Il vise à remédier aux injustices de la tradition du commerce mondial et à éliminer la discrimination à l’encontre des producteurs les plus pauvres et les plus pauvres. Il cherche à donner la priorité à l’humain. Le Ghana et la Côte d’Ivoire ont fait un petit pas dans cette direction. C'est la voie à suivre pour l'Afrique.

Abdul Tejan-Cole travaille pour Mighty Earth, une organisation de campagne mondiale pour la protection de l’environnement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Afrique

Plus de: allAfrica

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.